Les poissons

Retour à la page "automobile"

Retour à la page d'accueil

Nous somme en l'an un milliard et quelques après Jésus Christ. Les hommes, comme beaucoup d'espèces animales, ont disparu de la planète, éliminés par les modifications de l'atmosphère et du climat dues à la rencontre d'un énorme astéroïde. La Terre a perdu sa forme sphérique et ressemble désormais à une grosse cacahuète. Puis, lentement, l'atmosphère et le climat se sont reconstitués.

En quelques millions d'années, de nouvelles rivières et de nouvelles mers sont apparues. La race des poissons s'est reconstruite plus rapidement que les autres, car quelques oeufs se sont conservés. Ils ont atteint un degré d'intelligence et de civilisation comparable au nôtre, mais ils n'ont pas exploré les zones non immergées et ignorent notre existence passée.
Les distinctions morphologiques subsistent entre les diverses espèces de mer et de rivière. Ils n'ont pas inventé la roue, bien sur. Ils connaissent le feu, mais ne l'utilisent guère car leurs techniques d'assemblage se font par collages à froid.

Leur organisation sociale vaut la nôtre et la dépasse en ce qui concerne la cohabitation des diverses races qui, comme de nos jours et à la différence des hommes, ne sont pas confinées dans un territoire (?) spécifique. Les poissons carnassiers ont été exterminés, seuls subsistent quelques spécimens dans les jardins zoologiques.
Des imprimeries sub-aquatiques produisent livres et journaux, des superettes fournissent les aliments indispensables, etc.

Ont-ils des automobiles ? Oui, bien sur. Le besoin s'en est fait sentir comme pour nous : remuer la queue pour avancer fatigue, l'auto permet le transport des marchandises volumineuses (le poids ne compte guère dans l'eau car elles flottent, et les montées et les descentes ne posent pas problème). L'auto est apparue quand la technologie l'a permis. Elle est monoplace et se compare donc mieux à nos mobylettes. Le moteur actionne une hélice et est fixé par des sangles au corps du poisson. Je ne sais rien du carburant.

Les industries fabriquent des modèles voisins pour les poissons de mer et de rivière; mais les autos de rivière sont plus nerveuses car le complexe du lévrier se manifeste le long d'une structure linéaire, à la différence de la mer où l'on circule en trois dimensions. Cependant, la vitesse étant limitée par le milieu et le corps des poissons étant mou, les accidents sont partout sans gravité, même lorsqu'un piéton (poisson non motorisé) est impliqué. L'automobile est restée, surtout dans les rivières, un instrument de promenade. Les poissons ne font pas de grand voyages, sauf à la fin de leur vie où, comme aujourd'hui, ils vont se reproduire dans la mer des Sargasses ou à la source des fleuves. Les transports en commun sont inexistants. Des stations service existent en nombre suffisant, mais la panne sèche n'est pas grave car on peut tirer sans trop d'effort son auto qui ne pèse rien dans l'eau.

Brrr. Un ca humain de deux tonnes m'a dépassé et me tire de ma rêverie.

Retour à la page "automobile"

Retour à la page d'accueil