Marche

  Chronologie

Les chiens

Les pieds

  L'eau

L'oiseau

L'herbe

  Plan

Détails pratiques

Poème

  L'automobile

Rêve n°1

Rêve n°2

Retraité contemplatif, je suis allé à pied de mon domicile de Taverny (Val d'Oise) à ma maison de campagne de Sainte Croix (Saône et Loire) en vingt étapes, à la moyenne de quatre kilomètres à l'heure, en m’arrêtant tous les soirs à l'hôtel. A 68 ans, j'ai abandonné l'idée de coucher sous la tente et surtout d'en supporter le poids sur le dos.

Certains traversent l'Atlantique à la rame, ou à la nage. D'autres, plus modestement, abandonnent leur automobile et marchent. Pourquoi ? Pèlerinage vers un lieu religieux ou personnel, affirmation du soi, pari, vœu formulé à l'occasion d'un événement familial malheureux, les raisons en sont variées si tant est qu'un tel acte soit raisonnable.

Il est certain qu'on profite mieux du paysage à pied qu'en auto ou même en vélo. Un marcheur peut faire du "sur place" pour le contempler, alors qu'il est de plus en plus difficile de s'arrêter on même de rouler lentement sur nos routes encombrées. Il faut être à pied pour voir les blés ondoyer sous le vent, entendre le bruit des ruisseaux et le chant des oiseaux, respirer l'odeur des fleurs champêtres, admirer un coquelicot.

 

Pourquoi raconter un événement somme toute si minime ?
Peut-être cela donnera-t-il des idées à certains, car j'ai gardé un bon souvenir de cette randonnée.
La petite expérience que j'ai acquise, en particulier en ce qui concerne la marche sur une route, les soins à donner aux pieds, les documents de la FFRP, leur sera peut-être utile.
Bon voyage !

Claude Henri Brémenson
henri.bremenson@wanadoo.fr

Le marcheur