L'automobile

Page d'accueil

On peut difficilement marcher sur les routes sans haïr les automobiles (8.000 morts par an en France, chacun de nous a une chance sur cent de mourir en automobile). Imitant mon regretté professeur de physique Louis le Prince-Ringuet, je les nommerai ca (cercueils ambulants) dans ce qui suit.

D'après le code de la route les ca doivent rouler à moins de 90 km à l'heure sur les routes départementales et vicinales qui nous intéressent. En pratique, compte tenu du consensus général et donc du laxisme de la police, et surtout si la circulation est dense, ils roulent plus vite pour se dépasser les uns les autres.

Toujours d'après le code de la route, article R. 218-1 : "Lorsqu'ils empruntent la chaussée, les piétons doivent circuler près de l'un de ses bords. En dehors des agglomérations et sauf si cela est de nature à compromettre leur sécurité ou sauf circonstances particulières, ils doivent se tenir près du bord gauche de la chaussée dans le sens de leur marche." Il n'est donc pas obligatoire de circuler sur l'accotement.

En pratique, j'ai adopté la conduite suivante :

Marcher sur une route n'est agréable que si le trafic y est réduit. En pratique, et c'est une opinion personnelle, la marche est agréable si on peut quelquefois compter trente secondes entre passages successifs de ca ou paquets de ca, même si des passages sont plus rapprochés. Comme il faut environ cinq secondes pour que tout bruit disparaisse, il reste vingt secondes de tranquillité pendant lesquels on peut entendre le cri des oiseaux, le souffle du vent dans les arbres. Le marcheur peut alors contempler le paysage, et même se laisser aller à rêver rêve n°1  rêve n°2.

Le trafic des départementales est très varié, faible pour certaines et excessif pour d'autres. Pour toutes, la chaussée est entretenue de façon impeccable, ce qui incite les ca à foncer. Ce n'est pas le cas de l'accotement :

Page d'accueil