--- ATTENTION : CONSERVEZ CETTE LICENCE SI VOUS REDISTRIBUEZ CE FICHIER ---



License ABU
-=-=-=-=-=-
Version 1, Aout 1997

Copyright (C) 1997 Association de Bibliophiles Universels
   http://www.abu.org/
   www@abu.org

La base de textes de l'Association des Bibliophiles Universels (ABU)
est une oeuvre de compilation, elle peut être copiée, diffusée et
modifiée dans les conditions suivantes :

1.  Toute copie à des fins privées, à des fins d'illustration de l'enseignement
    ou de recherche scientifique est autorisée.

2.  Toute diffusion ou inclusion dans une autre oeuvre doit

     a) soit inclure la presente licence s'appliquant a l'ensemble de la
        diffusion ou de l'oeuvre derivee.

     b) soit permettre aux bénéficiaires de cette diffusion ou de cette
        oeuvre dérivée d'en extraire facilement et gratuitement une version
        numérisée de chaque texte inclu, muni de la présente licence.  Cette
        possibilité doit etre mentionnée explicitement et de façon claire,
        ainsi que le fait que la présente notice s'applique aux documents
        extraits.

     c) permettre aux bénéficiaires de cette diffusion ou de cette
        oeuvre dérivée d'en extraire facilement et gratuitement la version
        numérisée originale, munie le cas echeant des amélioration visée au
        paragraphe 6, si elle sont présente dans la diffusion ou la nouvelle
        oeuvre. Cette possibilité doit être mentionnée explicitement et de
        façon claire, ainsi que le fait que la présente notice s'applique aux
        documents extraits.

   Dans tous les autres cas, la présente licence sera réputée s'appliquer
   à l'ensemble de la diffusion ou de l'oeuvre dérivée.


3. L'en-tête qui accompagne chaque fichier doit être intégralement 
   conservée au sein de la copie.

4. La mention du producteur original doit être conservée, ainsi
   que celle des contributeurs ultérieurs.

5. Toute modification ultérieure, par correction d'erreurs,
   additions de variantes, mise en forme dans un autre format, ou autre,
   doit être indiquée.  L'indication des diverses contributions devra être
   aussi précise que possible, et datée.

6. Ce copyright s'applique obligatoirement à toute amélioration
   par simple correction d'erreurs ou d'oublis mineurs (orthographe,
   phrase manquante, ...), c'est-a-dire ne correspondant pas a
   l'adjonction d'une autre variante connue du texte, qui devra donc
   comporter la présente notice.

----------------------- FIN DE LA LICENCE ABU --------------------------------

--- ATTENTION : CONSERVEZ CET EN-TETE SI VOUS REDISTRIBUEZ CE FICHIER ---
<IDENT thotri>
<IDENT_AUTEURS thomas>
<IDENT_COPISTES clouxc>
<ARCHIVE http://www.abu.org/ABU/>
<VERSION 1>
<DROITS 0>
<TITRE Le Roman de Tristan>
<GENRE vers>
<AUTEUR Thomas>
<COPISTE Christine Cloux>
<NOTESPROD>

</NOTESPROD>

----------------------- FIN DE L'EN-TETE --------------------------------

------------------------- DEBUT DU FICHIER thotri1 --------------------------------

THOMAS, Le Roman de Tristan


Manuscrit de Cambridge, D.D. 15.12 (un seul f )

Entre ses bras Yseut la reïne.
Bien cuidoient estre a seor.
Sorvient i par estrange eor
4 Li rois, que li nains i amene.
Prendre les cuidoit a l'ovraine,
Mes, merci Deu, bien demorerent
Quant aus endormis les troverent.
8 Li rois les voit, au naim a dit:
"Atendés moi chi un petit;
En cel palais la sus irai,
De mes barons i amerrai:
12 Verront com les avon trovez;
Ardoir les frai, quant ert pruvé."
Tristran s'esvella a itant,
Voit le roi, mes ne fait senblant :
16 Car el palés va il son pas.
Tristram se dreche et dit : "A ! las !
Amie Yseut, car esvelliez :
Par engien somes agaitiez !
20 Li rois a veü quanque avon fait,
Au palais a ses omes vait;
Fra nos, s'il puet, ensenble prendre,
Par jugement ardoir en cendre.
24 Je m'en voil aler, bele amie,
Vos n'avez garde de la vie,
Car ne porez estre provee
....................................................
28 Fuir deport et querre eschil,
Guerpir joie, siouvre peril.
Tel duel ai por la departie
Ja n'avrai hait jor de ma vie.
32 Ma doce dame, je vos pri
Ne me metez mie en obli :
En loig de vos autant m'amez
Comme vos de près fait avez.
36 Je n'i os, dame, plus atendre;
Or me baisiés au congié prendre."
De li baisier Yseut demore,
Entent les dis et voit qu'il plore;
40 Lerment si oil, du cuer sospire,
Tendrement dit : "Amis, bel sire,
Bien vos doit menbrer de cest jor
Que partistes a tel dolor.
44 Tel paine ai de la desevranche
Ains mais ne sui que fu pesanche.
Ja n'avrai mais, amis, deport,
Quant j'ai perdu vostre confort,
48 Si grand pitié, ne tel tendrour
Quant doi partir de vostre amor;
Nos cors partir ore convient,
Mais l'amor ne partira nient.
52 Nequedent cest anel pernés :
Por m'amor, amis, le gardés.
............................................................

Manuscrit Sneyd 1 (Oxford, Bodleian Library, d 16 f 4a-10d)

.....................................................
Sis corages mue sovent,
E pense molt diversement
Cum changer puisse sun voleir,
4 Quant sun desir ne puit aveir,
E dit dunc: "Ysolt, bele amie,
Molt diverse vostre vie :
La nostre amur tant se desevre
8 Qu'ele n'est fors pur mei decevre.
Jo perc pur vos joie e deduit,
E vos l'avez e jur e nuit;
Jo main ma vie en grant dolur,
12 E vos vostre en delit d'amur.
Jo ne faz fors vos desirer,
E vos nel puez consirer
Que deduit e joie n'aiez
16 E que tuiz vos buenz ne facez.
Pur vostre cors su jo em paine,
Li reis sa joie en vos maine:
Sun deduit maine e sun buen,
20 Ço que mien fu ore est suen.
Ço qu'aveir ne puis claim jo quite,
Car jo sai bien qu'il se delite;
Ublié m'ad pur suen delit.
24 En mun corage ai en despit
Tutes altres pur sulë Ysolt;
E rien comforter ne me volt,
E si set bien ma grant dolur
28 E l'anguisse qu'ai pur s'amur;
Car d'altre sui mult coveité
E pur ço grifment anguissé.
Se d'amur tant requis n'esteie,
32 Le desir milz sofrir porreie
E par l'enchalz quid jo gurpir,
S'ele n'en pense, mun desir.
Quant mun desir ne puis aveir,
36 Tenir m'estuit a mun püeir,
Car m'est avis faire l'estot :
Issi fait cil ki mais n'en pot.
Que valt tant lunges demurer
40 E sun bien tuit diz consirer ?
Que valt l'amur a maintenir
Dunt nul bien ne put avenir ?
Tantes paines, tantes dolurs
44 Ai jo sufert pur ses amurs
Que retraire m'en puis bien:
Maintenir la ne me (valt rien).
De li sui del tuit obl(iez),
48 Car sis corages est (changez).
E ! Deu, bel pere, reis celestre,
Icest cange coment puit estre ?
Coment avreit ele changé,
52 Quant encore maint l'amisté ?
Coment porrat l'amur gurpir ?
Ja ne puis jo pur rien partir.
Jo sai bien, si parti em fust,
56 Mis cuers par le suen le soüst;
Mal, ne bien, ne rien ne fist,
Que mis cuers tost nel sentist.
Par le mien cuer ai bien sentu
60 Que li suens m'ad bien tenu
E cumforté a sun poeir.
Se mun desir ne puis aveir,
Ne dei pas pur ço cur a change
64 E li laisier pur estrange;
Car tant nos sumes entremis
E noz cors en amur malmis,
S'aveir ne puis mun desir,
68 Que pur altre deive languir;
E a iço qu'ele poüst,
Voleir ad, si poeir oüst;
Car ne li dei saveir mal gré,
72 Quant bien ad en sa volenté;
Së ele mun voleir ne fait,
Ne sai quel mal gré en ait.
Ysolt, quel que seit le poeir,
76 Vers mei avez mult buen penseir.
Coment purreit dunc changier ?
(M'amur) vers li ne pois trichier.
(Jo sai bien,) si changer volsist,
80 (Que li miens) coers tost le sentist.
Que seit de la tricherie,
Jo sent bien la departie :
En mun corage tres bien sent
84 Que petit mei aime u nient;
Car, s'ele en sun coer plus m'amast,
D'acune rien me comfortast.
- Ele, de quei ? - D'icest ennui.
88 - U me trovreit ? - La u jo sui.
- Si ne set u ne en quele tere.
- Nun ? e si me feïst dunc querre !
- A que faire ? - Pur ma dolor.
92 - Ele nen ose pur sun seignur,
Tuit nen oüst ele voleir.
- A quei ? Quant nel pot aveir,
Aimt sun seignur, a lui se tienge !
96 Ne ruis que de mei li sovienge !
Ne la blam pas s'ele mei oblie,
Car pur mei ne deit languir mie :
Sa grant belté pas nel requirt,
100 Ne sa nature n'i afirt,
Quant de lui ad sun desir,
Que pur altre deive languir.
Tant se deit deliter al rei
104 Oblier deit l'amur de mei,
En sun seignur tant deliter
Que sun ami deit oblier.
E quei li valt ore m'amur
108 Emvers le delit sun seignur ?
Naturelment li estuit faire
Quant a sun voleir ne volt traire;
A ço se tienge que aveir puet,
112 Car ço que aime laissier estuit.
Prenge ço que puet aveir,
E aturt bien a sun voleir :
Par jueir, par sovent baisier
116 Se puet l'en issi acorder.
Tost li porra plaisir si bien
De mei ne li menbera rien.
Si li menbre, e mei que chalt ?
120 Face bien u nun, ne l'en chalt :
Joie puet aveir et delit
Encuntre amur, si cum jo quit.
Cum puet estre qu'encuntre amur
124 Ait delit, u aimt sun seignur,
U puset metre en obliance
Que tant ad eu en remenbrance ?
Dunt vient a hume volunté
128 De haïr ço qu'il ad amé,
U ire porter u haür
Vers ço u ad mis s'amur ?
Ço que amé ad ne deit haïr,
132 Mais il s'en puet bien destolir,
Esluinier se e deporter,
Quant ne veit raisun d'amer.
Ne haïr n'amer ne deit
136 Ultre ço que raisun veit.
Quant l'en fait ovre de franchise,
Sur ço altre de colvertise,
A la franchise deit l'en tendre,
140 Que encuntre mal ne deit mal rendre.
L'un fait deit l'altre si sofrir
Que entre euls se deivent garantir :
Ne trop amer pur colvertise,
144 Ne trop haïr pur franchise.
La franchise deit l'en amer
E la coilvertise doter,
E pur la franchise servir
148 E pur la coilvertise haïr.
Pur ço qu'Isolt m'ad amé,
Tant senblant de joie mustré,
Pur ço ne la dei haïr.
152 Pur chose que puisse avenir.
E quant ele nostre amur oblie,
De li ne me deit menbrer mie.
Jo ne la dei amer avant,
156 Ne haïr ne la dei par tant;
Mais jo me voil issi retraire
Cum ele le fait, si jol puis faire :
Par ovres, par faiz assaier
160 Coment me puisse delivrer
En ovre ki est contre amur,
Cum ele fait vers sun seignur.
Coment le puis si esprover
164 Se par femme nun espuser ?
El fait nul raisun oüst
Se dreite espuse ne fust,
Car cil est sis dreit espus
168 Ki fait l'amur partir de nos.
De lui ne se deit ele retraire,
Quel talent quë ait, l'estuit faire.
Mais mei n'estuit faire mie,
172 Fors que assaier voldrai sa vie :
Jo voil espuser la meschine
Pur saveir l'estre a la reïne,
Si l'espusaille e l'assembler
176 Me pureient li faire oblier,
Si cum ele pur sun seignur
Ad entroblïé nostre amur.
Nel faz mie li pur haïr,
180 Mais pur ço que jo voil partir,
U li amer cum ele fait mei
Pur saveir cume aime lu rei."
Molt est Tristans en grant anguisse
184 De cest'amur que faire poïsse,
En grant estrif e en esprove.
Altre raisun nule n'i trove
Mais qu'il enfin volt assaier
188 S'encuntre amur poisse delitier,
Se par le delit qu'il volt
Poisse entroblïer Ysolt,
Car il quide qu'ele oblit
192 Pur sun seignur u pur delit :
Pur ço volt femme espuser
Qu'Isolt n'en puisse blamer
Que encontre raisun delit quierge,
196 Que sa proeise nen afirge;
Car Ysolt as Blanches Mains volt
Pur belté e pur nun d'Isolt.
Ja pur belté qu'en li fust,
200 Se le nun d'Isolt ne oüst,
Ne pur le nun senz belté,
Ne l'oust Tristans en volenté :
Ces dous choses qu'en li sunt
204 Ceste faisance emprendre font,
Qu'il volt espuser la meschine
Pur saveir l'estre la reïne,
(Coment) se puisse delitier
208 (Enc)untre amur od sa moillier;
Assaier le volt endreit sei,
Cum Ysolt fait envers lu rei;
E il pur ço assaier volt
212 Quel delit avra od Ysolt.
A sa dolur, a sa gravance
Volt Tristrans dunc quere venjance;
A sun mal quert tel vengement
216 Dunt il doblera sun turment;
De paine se volt delivrer,
Si ne se fait fors encombrer;
Il en quida delit aveir
220 Quant il ne puet de sun voleir.
Le nun, la belté la reïne,
Nota Tristrans en la meschine,
Pur le nun prendre ne la volt
224 Ne pur belté, ne fust Ysolt.
Ne fust ele Ysolt apelee,
Ja Tristrans ne la oust amee;
Se la belté Ysolt n'oüst,
228 Tristrans amer ne la poüst;
Pur le nun e pur la belté
Que Tristrans i ad trové
Chiet en desir e en voleir
232 Que la meschine volt aveir.
Oez merveilluse aventure,
Cum genz sunt d'estrange nature,
Que en nul lieu ne sunt estable !
236 De nature sunt si changable,
Lor mal us ne poent laissier,
Mais le buen puent changer.
El mal si acostomer sont
240 Que pur dreit us tuit dis l'unt,
E tant usent la colvertise
Qu'il ne sevent qu'est franchise,
E tant demainent vilanie
244 Qu'il oblient corteisie;
De malveisté tant par se painent
Que tute lor vie laenz mainent,
De mal ne se puent oster,
248 Itant se solent aüser.
Li uns sunt del mal acostomier,
Li altre de bien renoveler;
Tute l'entente de lor vie
252 En changer novelerie,
E gurpisent lor buen poeir
Pur prendre lor malveis voleir.
Novelerie fait gurpir
256 Buen poeir pur malveis desir,
E le bien, que aveir puet, laissier
Pur sei el mal delitier;
Le meillur laisse del suen
260 Tuit pur aveir l'altrui mainz buen;
Ço que suen est tient a pejur,
L'altrui, qu'il coveite, a meillor.
Si le bien qu'il ad suen ne fust,
264 Ja encuntre cuer ne l'oüst;
Mais iço qu'aveir lui estuit
En sun corage amer ne puit.
S'il ne poüst ço qu'il ad aveir,
268 De purchaceir oust dunc voleir;
Meillur del suen quide troveir,
Pur ço ne puet le suen amer.
Novelerie le deceit
272 Quant ne volt iço qu'aveir deit
E iço qu'il n'ad desire
U laisse suen pur prendre pire.
L'en deit, ki puet, le mal changer
276 Pur milz aveir le pis laissier,
Faire saveir, gurpir folie,
Car ço n'est pas novelerie
Ki change pur sei amender
280 U pur sei de mal oster;
Mais maint en sun cuer change
E quide troveir en l'estrange
Ço qu'il ne puet en sun privé.
284 Ce lui diverse sun pensé,
Ço qu'il n'ont volent assaier
E enaprès lor aparer.
Les dames faire le solent,
288 Laissent ço q'unt pur ço que volent
E asaient cum poent venir
A lor voleir, a lor desir.
Ne sai, certes, que jo en die :
292 Mais trop par aiment novelerie
Homes e femmes ensement,
Car trop par changent lor talent
E lor desir e lor voleir
296 Cuntre raisun, cuntre poeir.
Tels d'amur se volt vancier
Ki ne se fait fors empeirier;
Tels se quide jeter d'amur
300 Ki duble acreist sa dolur,
E tels i purchace venjance
Ki chet tost en grive pesance,
E tel se quide delivrer
304 Ki ne se fait fors encumbrer.
Tristran quida Ysolt gurpir
E l'amur de sun cuer tolir;
Par espuser l'altre Ysolt,
308 D'iceste delivrer se volt;
E si ceste Ysolt ne fust,
L'altre itant amé ne oüst;
Mais par iço qu'Isol amat
312 D'Ysol amer grant corage ad;
Mais par iço qu'il ne volt lassier
Ad il vers ceste le voleir,
Car s'il poüst aveir la reïne
316 Il n'amast Ysolt la meschine :
Pur ço dei jo, m'est avis, dire,
Que ço ne fut amur ne ire;
Car si ço fin' amur fust,
320 La meschine amé ne oüst
Cuntre volenté s'amie;
Dreite haür ne fu ço mie,
Car pur l'amur la reïne
324 Enama Tristrans la meschine;
E quant l'espusa pur s'amur,
Idunc ne fu ço pas haür;
Car s'il de cuer Ysolt haïst
328 Ysolt pur s'amur ne presist,
Se de fin' amur l'amast
L'altre Ysolt nen espusast;
Mais si avint a cele feiz
332 Que tant ert d'amur en destreiz
Qu'il volt encontre amur ovrer
Pur de l'amur sei delivrer;
Pur sei oster de la dolur,
336 Par tant chaï en greinur.
Issi avient a plusurs genz :
Quant ont d'amur greinurs talenz,
Anguisse, grant paine e contraire,
340 Tel chose funt pur euls retraire,
Pur delivrer, pur els venger,
Dunt lor avient grant encumbrer;
E sovent itel chose funt
344 Par conseil, dunt en dolur sunt.
A molz ai veü avenir,
Quant il ne puent lor desir
Ne ço que plus aiment aveir,
348 Qu'il se pristrent a lor poeir,
Par destrece funt tel faisance
Dunt sovent doblent lor grevance;
E quant se volent delivrer,
352 Ne se poent desencombrer.
En tel fait e en vengement
E amur e ire i entent,
Ne ço n'est amur ne haür,
356 Mais ire mellé a amur
E amur mellé od ire.
Quant fait que faire ne desire
Pur sun buen qu'il ne puet aveir,
360 Encontre desir fait voleir;
E Tristrans altretel refait :
Cuntre desir a voler trait;
Pur ço que se dolt par Ysolt,
364 Par Isolt delivrer se volt;
E tant la baise e tant l'acole,
Envers ses parenz tant parole,
Tuit sunt a un de l'espuser,
368 Il del prendre, els del doner.
Jur est nomez, terme mis,
Vint i Tristrans od ses amis,
Li dux ove les suens i est,
372 Tuit l'aparaillement est prest;
Ysolt espuse as Blanches Mains.
La messe dit li capeleins
E quanque i affirt al servise,
376 Solunc l'ordre de sainte eglise;
Pois vont cum a feste mangier,
Enaprès esbanïer
A quintaines, as cembels,
380 As gavelocs e as rosels,
A palastres, as eschermies,
A gieus de plusurs aaties,
Cum a itel feste affirent
384 E cum cil del siecle requirent.
Li jors trespasse od le deduit,
Prest sunt li lit cuntre la nuit;
La meschine i funt cholcher,
388 E Tristrans se fait despuillier
Del blialt dunt vestu esteit;
Bien ert seant, al puin estreit.
Al sacher del blialt qu'il funt.
392 L'anel de sun dei saché ont
Qu'Isolt al jardin lui dona
La deraigne feiz qu'il i parla.
Tristran regarde, veit l'anel
396 E entre en sun pensé novel;
Le penser est grant anguisse
Qu'il ne set que faire poïsse.
Sis poers lui est a contraire,
400 Se sa volenté poüst faire.
E pense dunc estreitement
Tant que de sun fait se repent;
A contraire lui est sun fait,
404 En sun corage se retrait
Par l'anel qu'il en sun dei veit,
En sun penser est molt destreit;
Membre lui de la covenance
408 Qu'il li fist a la sevrance
Enz el jardin, al departir;
De parfunt cuer jette un suspir,
A sei dit : "Coment le pois faire ?
412 Icest ovre m'est a contraire;
Nequedent si m'estuit cholcher
Cum ove ma dreite moillier;
Avoc li me covient giseir,
416 Car jo ne la puis pas gurpir :
Ço est tuit par mun fol corage,
Ki tant m'irt jolif e volage.
Quant jo la meschine requis
420 A ses parenz, a ses amis,
Poi pensai dunc d'Ysolt m'amie
Quant empris ceste derverie
De trichier, de mentir ma fei.
424 Colchier m'estuit, ço peise mei.
Espusee l'ai lealment
A l'us del mustier, veant gent :
Refuser ne la pois jo mie,
428 Ore m'estuit fare folie.
Senz grant pechié, senz mal faire
Ne me puis d'iceste retraire,
Ne jo n'i pois assembler
432 Si jo ne mei voil desleer,
Car tant ai vers Ysolt fait
Que n'est raisun que ceste m'ait;
A iceste Ysolt tant dei
436 Qu'a l'altre ne puis porter fei,
E ma fei ne redei mentir,
Ne jo ne dei ceste gurpir.
Ma fei ment a Ysolt m'amie
440 Se d'altre ai delit en ma vie
E si d'iceste mei desport
Dunc frai pechié e mal e tort,
Car jo ne la puis pas laissier,
444 N'en li ne mei dei delitier
De chulcher ove li en sun lit
Pur mun buen ne pur mun delit;
Car tant ai fait vers la reïne,
448 Culcher ne dei od la meschine,
E envers la meschine tant fait
Que ne puet mie estre retrait;
N'Ysolt ne dei jo trichier,
452 Ne ma femme ne dei laissier,
Ne me dei de li partir,
Ne jo ne dei ove li gesir.
S'a ceste tinc covenance,
456 Dunc ment a Ysolt ma fïance;
E si jo port a Ysolt ma fei,
Vers ma espuse me deslei.
Vers li ne me dei desleer,
460 N'encuntre Ysolt ne voil ovrer.
Ne sai a la quele mentir,
Car l'une me covient traïr
E decevre e enginnier,
464 U anduis, ço crei, trichier;
Car tant m'est ceste aprocée
Que Ysolt est ja enginnée.
Tant ai amée la reïne
468 Qu'enginnée est la meschine,
Et jo forment enginné sui,
E l'une e l'altre mar conui.
L'une e l'altre pur mei se dolt,
472 E jo m'en duil pur duble Ysolt.
Supris en sunt andui de mei,
A l'une, a l'altre ment ma fei :
A la reïne l'ai mentie,
476 A ceste n'en pois tenir mie.
Pur qui la doüse jo mentir,
A une la puis jo tenir.
Quant menti l'ai a la reïne,
480 Tenir la dei a la meschine,
Car ne la puis mie laissier.
Ne ne dei Ysolt tricher !
Certes, ne sai que faire puisse.
484 De tutes pars ai grant anguisse,
Car m'est ma fei mal a tenir,
E pis de ma femme gurpir.
Coment qu'avienge del delit,
488 Culchier m'estuit en sun lit.
D'Isolt m'ai ore si vengé
Que premir sui enginné;
D'Isol me voldreie vengier,
492 Enginné sui al premier.
Contre li ai tant trait sur mei
Que jo ne sai que faire dei.
Si jo me chul avoc ma spuse,
496 Ysolt en irt tute coreüse;
Se jo od li ne voil chulcher,
Aturné m'irt a reprover
E de li avrai mal e coruz;
500 De ses parenz, des altres tuiz
Haïz e huniz en sereie,
E envers Deu me mesfreie.
Jo dut hunte, jo dut pechié.
504 Quei idunc quant jo serai chulchié
Se od le chulcher ço ne faz
Que en mun corage plus haz,
Que plus m'ert contre volenté ?
508 Del gesir n'i avrai ja gré.
Ele savra par mun poeir
Que vers altre ai greinur voleir.
Simple est s'ele ne l'aparceit
512 Qu'altre aim plus e coveit
E que milz volsisse culchier
U plus me puisse delitier.
Quant de mei n'avra sun delit,
516 Jo crei qu'ele m'amera petit:
Ço ere a dreit qu'en haür m'ait
Quant m'astienc del naturel fait
Ki nos deit lier en amur.
520 Del astenir vient la haür :
Issi cum l'amur vient del faire,
Si vient la haür del retraire;
Si cum l'amur del ovre vient,
524 E la haür ki s'en astient.
Si jo m'astinc de la faisance,
Dolur en avrai e pesance,
E ma proeise e ma franchise
528 Turnera a recreantise;
Ço qu'ai conquis par ma valur
Perdrai ore par cest'amur,
L'amur qu'ad vers mei eü
532 Par l'astenir m'irt or toleü,
Tuit mun servise e ma franchise
M'irt tolu par recreantise.
Senz le faire molt m'ad amé
536 E coveité en sun pensé;
Or me harra par l'astenir
Pur ço qu'ele n'at sun desir,
Car ço est que plus alie
540 En amor amant e amie;
E pur iço ne li voil faire,
Car d'amur la voil retraire.
Bien voil que la haür i seit,
544 Plus de l'amur or le coveit.
Trop l'ai certes sur mei atrait;
Envers m'amie sui mesfait
Ki sur tuz altres m'ad amé.
548 Dunt me vient ceste volenté
E cest desir e cest voleir
U la force u le poeir
Que jo vers ceste m'acointai
552 U que jo unques l'espusai
Contre l'amur, cuntre la fei
Que a Ysolt m'amie dei ?
Encor la voil jo plus tricher
556 Quant près me voil acointer,
Car par mes diz quir jo acaisun
Engin, semblance e traïsun
De ma fei a Ysolt mentir,
560 Pur ço qu'od ceste voil gesir.
Encuntre amur achaisun quer,
Pur mei en ceste delitier.
Ne dei trichier pur mun delit
564 Tant cum Ysolt m'amie vit;
Que traïtre e que fel faz
Quant cuntre li amur purchaz.
Jo m'en sui ja purchacé tant
568 Dunt avrai duel tut mun vivant;
E pur le tort que jo ai fait
Voil que m'amie dreiture ait,
E la penitance en avrai
572 Solunc ço que deservi l'ai :
Chulcher m'en voil or en cest lit,
E si m'astendrai del delit.
Ne pois, ço crei, aveir torment
576 Dunt plus aie paine sovent
Ne dont aie anguisse greinur,
Ait entre nos ire u amur;
Car si delit de li desir,
580 Dunc m'irt grant paine l'astenir,
E si ne coveit le delit,
Dunc m'irt fort a sofrir sun lit.
U li haïr u li amer
584 M'irt forte paine a endurer.
Pur ço qu'a Ysolt ment ma fei,
Tel penitance preng sur mei,
Quant ele savra cum sui destreit
588 Par tant pardoner le mei deit."
Tristran colche, Ysolt l'embrace,
Baise lui la buche e la face,
A li l'estraint, del cuer suspire
592 E volt iço qu'il ne desire;
A sun voleir est a contraire
De laissier sun buen u del faire.
Sa nature proveir se volt,
596 La raison se tient a Ysolt.
Le desir qu'il ad vers la reine
Tolt le voleir vers la meschine;
Le desir lui tolt le voleir,
600 Que nature n'i ad poeir.
Amur e raisun le destraint,
E le voleir de sun cors vaint.
Le grant amor qu'ad vers Ysolt
604 Tolt ço que la nature volt,
E vaint icele volenté
Que senz desir out en pensé.
Il out boen voleir de li faire
608 Mais l'amur le fait molt retraire.
Gente la sout, bele la set
E volt sun buen, sun desir het;
Car s'il nen oust si grant desir,
612 A son voleir poust asentir;
Mais a sun grant desir asent.
En paine est e en turment,
En grant pensé, en grant anguisse;
616 Ne set cume astenir se poisse,
Ne coment vers sa femme deive,
Par quel engin covrir se deive,
Nequedent un poi fu huntus
620 E fuit ço dunt fu desirus,
Eschive ses plaisirs e fuit
C'umcore n'oüst de sun deduit.
Dunc dit Tristrans : "Ma bele amie,
624 Nel tornez pas a vilanie,
Un conseil vos voil geïr;
Si vos pri molt del covrir,
Que nuls nel sace avant de nos :
628 Unques nel dis fors or a vos.
De ça vers le destre costé
Ai el cors une enfermeté,
Tenu m'ad molt lungement;
632 Anoit m'ad anguissé forment.
Par le grant travail qu'ai eü
M'est il par le cors esmeü,
Si anguissusement me tient
636 E si près de la feie me vient
Que jo ne m'os plus emveisier
Ne mei pur le mal travaillier.
Uncques pois ne me travaillai
640 Que treiz feiz ne me pasmai;
Malades en jui lunges après.
Ne vos em peist si or le lais :
Nos le ravrum encore asez
644 Quant jo voldrai e vos voldrez."
- Del mal me peise, Ysolt respont,
Plus que d'altre mal en cest mond;
Mais del el dunt vos oi parler
648 Voil jo e puis bien desporter."
Ysolt en sa chambre suspire
Pur Tristran que tant desire,
Ne puet en sun cuer el penser
652 Fors ço sulment : Tristran amer.
Ele nen ad altre voleir
Ne altre amur, ne altre espeir,
En lui est trestuit sun desir,
656 E ne puet rien de lui oïr;
Ne set u est, en quel païs,
Ne si il est u mort u vis :
Pur ço est ele en greinur dolur.
660 N'oï piech'ad nule verur.
Ne set pas qu'il est en Bretaigne;
Encore le quide ele en Espaigne,
La u il ocist le jaiant,
664 Le nevod a l'Orguillos grant,
Ki d'Afriche ala requere
Princes e reis de tere en tere.
Orguillus ert hardi e pruz,
668 Si se cumbati a tuz,
Plusurs afolat e ocist
E les barbes des mentuns prist;
Unes pels fist des barbes granz,
672 Hahuges e bien traïnanz.
Parler oï del rei Artur
Ki en tere out si grant honur,
Tel hardement e tel valur,
676 Vencu ne fut unc en estur;
A plusurs combatu s'esteit
E trestuz vencu aveit.
Quant li jaianz cest oï,
680 Mande lui cum sun ami
Qu'il aveit une noveles pels,
Mais urle i failli e tassels,
De barbes as reis, as baruns,
684 As princes d'altres regiuns,
Qu'en bataille aveit conquis,
Par force en estur ocis;
E fait en ad tel guarnement
688 Cum de barbes a reis apent,
Mais que urle encore i falt;
E pur ço qu'il est le plus halt,
Reis de tere e d'onur,
692 A lui mande pur s'amur
Qu'il face la sue escorcer
Pur haltesce a lui emveier,
Car si grant honur lui fera
696 Que sur les altres la metera.
Issi cum il est reis halteins
E sur les altres sovereins,
Si volt il sa barbe eshalcer,
700 Si pur lui la volt escorcer;
Tuit desus la metera as pels,
Si em fra urle e tassels;
E s'il emveier ne la volt,
704 Fera de lui que faire solt :
Les pels vers sa barbe meterat,
Cuntre lui se combaterat;
E qui veintre puit la bataille,
708 Amduis ait dunc senz faile.
Qaunt Artus ot icest dire,
El cuer out dolur e ire;
Al jaiant cuntremandat
712 Qu'enceis se combaterat
Que de sa barbe seit rendant
Pur crime cum recreant.
E quant li jaianz cest oï
716 Que li reis si respondi,
Molt forment le vint requere
Tresque as marches de sa tere
Pur combatre encontre lui.
720 Ensemble vindrent puis andui,
E la barbe e les pels mistrent,
Par grant irrur puis se requistrent.
Dure bataille, fort estur
724 Demenerent trestuit le jor.
Al demain Artur le vencui,
Les pels, la teste lui toli.
Par proeise, par hardement
728 Le conquist issi faitement.
A la matire n'afirt mie,
Nequedent boen est quel vos die
Que niz a cestui cist esteit
732 Ki la barbe aveir voleit
Del rei e del empereur
Cui Tristrans servi a cel jor
Quant il esteit en Espaigne
736 Ainz qu'il repairast en Bretaigne.
Il vint la barbe demander,
Mais ne la volt a lui doner,
Ne troveir ne pot el païs
740 De ses parenz, de ses amis
Ki la barbe dunc defendist
Ne contre lui se combatist.
Li reis em fu forment dolenz,
744 Si se plainst oianz ses genz;
E Tristrans l'emprist pur s'amur,
Si lui rendi molt dur estur
E bataille molt anguissuse :
748 Vers amduis fu deluruse.
Tristrans i fu forment naufré
E el cors blecé e grevé.
Dolent em furent si amis,
752 Mais li jaianz i fu ocis;
E pois icele naufreüre
N'oï Ysolt nul aventure,
Car ço est costume d'envie
756 Del mal dire e del bien mie;
Car emvie les bons faiz ceille,
Les males ovres esparpeille.
Li sages hum pur ço dit
760 Sun filz en ancien escrit :
"Milz valt estre senz compainie
Qu'aveir compainun a envie,
E senz compainun nuit e jor
764 Que aveir tel u n'ait amor."
Le bien celerat qu'il set,
Le mal dirat quant il le het;
Se bien fait, ja n'en parlerat;
768 Le mal a nul ne celerat :
Pur ço valt milz senz compainun
Que tel dunt ne vient si mal nun.
Tristrans ad compainuns asez
772 Dunt est haïz e poi amez,
De tels entur March lu rei
Ki nel aiment ne portent fei :
Le bien qu'oient vers Ysolt ceilent,
776 Le mal par tuit esparpeilent;
Ne volent le bien qu'oient dire,
Pur la reïne, ki le desire;
E pur iço qu'il emvïent,
780 Ço que plus het, ço en dïent.
En sa chambre se set un jor
E fait un lai pitus d'amur :
Coment dan Guirun fu supris,
784 Pur l'amur de la dame ocis
Qu'il sur tute rïen ama,
E coment li cuns puis li dona
Le cuer Guirun a sa moillier
788 Par engin un jor a mangier,
E la dolur que la dame out
Quant la mort de sun ami sout.
La reïne chante dulcement,
792 La voiz acorde a l'estrument.
Les mainz sunt beles, li lais buons
Dulce la voiz, bas li tons.
Survint idunc Carïado,
796 Uns riches cuns de grant alo,
De bels chastés, de riche tere;
A cort ert venu pur requere
La reïne de druerie.
800 Ysolt le tient a grant folie.
Par plusurs feiz l'ad ja requis
Puis que Tristrans parti del pais.
Idunc vint il pur corteier;
804 Mais unques n'i pot espleiter
Ne tant vers la reïne faire,
Vaillant un guant em poïst traire,
Ne en promesse ne en graant;
808 Unques ne fist ne tant ne quant.
En la curt ad molt demoré
E pur cest amor sujorné.
Il esteit molt bels chevaliers,
812 Corteis, orguillus e firs;
Mes n'irt mie bien a loer
Endreit de ses armes porter.
Il ert molt bels e bons parleres,
816 Doneür e gabeeres :
Trove Ysolt chantant un lai,
Dit en riant : "Dame, bien sai
Que l'en ot fresaie chanter
820 Contre de mort home parler,
Car sun chant signefie mort;
E vostre chant, cum jo record,
Mort de fresaie signifie :
824 Alcon ad or perdu la vie.
- Vos dites veir, Ysolt lui dit,
Bien voil que sa mort signifit.
Assez est huan u fresaie
828 Ki chante dunt altre s'esmaie.
Bien devez vostre mort doter,
Quant vos dotez le mien chanter,
Car vos estes fresaie asez
832 Pur la novele qu'aportez.
Unques ne crei aportisiez
Novele dunt l'en fust liez,
Ne unques chaenz ne venistes
836 Que males noveles ne desistes.
Il est tuit ensement de vos
Cum fu jadis d'un perechus,
Ki ja ne levast del astrier
840 Fors pur alcon home coroceir :
De vostre ostel ja nen isterez
Si novele oï n'avez
Que vos poissiez avant conter.
844 Ne volez pas luin aler
Pur chose faire que l'en die.
De vos n'irt ja novele oïe
Dunt vos amis aient honur,
848 Ne cels ki vos haient dolor.
Des altrui faiz parler volez,
Les voz n'irent ja recordez."
Carïado dunc li respont :
852 "Coruz avez, mais ne sai dont.
Fols est ki pur voz diz s'esmaie.
Si sui huan e vos fresaie,
Que que seit de la meie mort,
856 Males noveles vos aport
Endreit de Tristan vostre dru :
"Vos l'avez, dame Ysolt, perdu;
En altre terre ad pris moillier.
860 Des or vos purrez purchacer,
Car il desdeigne vostre amor
E ad pris femme a grant honor,
La fille al dux de Bretaigne."
864 Ysolt respont par engaigne :
"Tuit diz avez esté huan
Pur dire mal de dan Tristran !
Ja Deus ne doinst que jo bien aie
868 Si endreit de vos ne sui fresaie !
Vos m'avez dit male novele,
Ui ne vos dirai jo bele :
En veir vos di, pur nient n'amez,
872 Ja mais de mei bien n'esterez.
Ne vos ne vostre droerie
N'amerai ja jor de m(a vie.)
Malement porcha(cé me oüsse,)
876 Se vostre amor re(ceüsse).
Milz voil la sue aveir perdue
Que vostre amor receüe.
Tele novele dit m'avez
880 Dunt ja certes pro nen avrez."
Ele s'en ad irée forment;
E Carïado bien l'entent,
Ne la volt par diz anguissier
884 Ne ramponer ne corucer,
De la chambre viaz s'en vait,
E Ysolt molt grant dolor fait;
En sun corage est anguissée
888 E de ceste novele irée.


Manuscrit de Turin (bibliothèque privée, manuscrit perdu - transcrit par J. Bédier d'après une photographie)

E les deliz des granz amors
E lor travaus et lor dolurs
E lor paignes et lor ahans
4 Recorde a l'himage Tristrans.
Molt la baise quant est haitez,
Corrusce soi, quant est irez,
Que par penser, que par songes,
8 Que par craire en son cuer mençoinges,
Qu'ele mette lui en obli
Ou qu'ele ait acun autre ami;
Qu'ele ne se pusse consirrer
12 Que li n'estoce autre amer,
Que mieuz a sa volunté l'ait.
Hiceste penser errer le fait.
Errance son corage debote;
16 Del biau Cariados se dote
Qu'ele envers lui ne turne s'amor;
Entur li est e nuit e jor,
E si la sert e si la losange,
20 E sovent de lui la blestange.
Dote, quant n'a son voler,
Qu'ele se preigne a son poer,
Por ce qu'ele ne puet avoir lui,
24 Que son ami face d'autrui.
Quant il pense de tel irur,
Donc mustre a l'image haiur,
Vient l'autre a esgarder;
28 Mais ne volt ne seoir ne parler :
Hidonc enparole Brigvain,
E dist donc : "Bele, a vos me plain
Del change e de la trischerie
32 Que envers moi fait Ysode m'amie."
Quanqu'il pense a l'image dit;
Poi s'en dessevre un petit,
Regarde en la main Ysodt,
36 L'anel d'or doner li volt,
Vait la chere e le senblant
Qu'au departir fait son amant;
Menbre lui de la covenance
40 Qu'il ot a la desevrance;
Hidonc plure e merci crie
De ce que pensa folie,
E siet bien que il est deceü
44 De la fole irur que il a eü.
Por iço fist il ceste image
Que dire li volt son corage,
Son bon penser et sa fole errur,
48 Sa paigne, sa joie d'amor,
Car ne sot vers cui descoverir
Ne son voler, ne son desir.
Tristran d'amor si se contient,
52 Sovent s'en vait, sovent revent,
Sovent li mostre bel semblant,
E sovent lait, com diz devant.
Hice li fait faire l'amor,
56 Que met son corage en errur.
Se sor tute rien li n'amast,
De nul autre ne se dotast :
Por ço en est en suspecion
60 Que il n'aimme riens se li non.
S'envers autre amor eüst,
De ceste amor jalus ne fust;
Mes por ce en est il jalus
64 Que de li perdre est poürus.
De li perdre n'eüst il ja pour,
Ne fust la force de l'amor;
Car de ce qu'a l'homme n'est rien,
68 Ne li chaut si vait mal ou bien.
Coment devroit de ce doter
Dont unques n'ot rien en penser ?
Entre ces quatre ot estrange amor :
72 Tut en ourent painne e dolur,
E un e autre en tristur vit;
E nuls d'aus nen i a deduit.
Primer se dote Marques le rai
76 Que Ysod ne li porte foi,
Que ele aime autre de lui :
Quel talent qu'en ait, soffre l'ennui.
Hice li doit bien ennuier
80 Et en son corage angoisser,
Car il n'aime rien ne desire
Fors soul Ysode que de lui tire.
Del cors puet faire son delit,
84 Mes ice poi a lui soffit,
Quant autres en a le corage,
De ce se derve e enrage;
Pardurable est la dolur
88 Que ele envers Tristran a s'amor.
Après le rai s'en sent Ysodt,
Que ele a ce que avoir ne volt,
D'autre part ne puet avoir
92 Hice dont ele a le volair.
Li rois nen a que un turment,
Mais la raïne duble entent.
Ele volt Tristran e ne puet :
96 A son seignor tenir l'estuet,
Ele ne le puet guerpir ne laisser,
N'ele ne se puet deliter,
Ele a le cors, le cuer nel volt :
100 C'est un turment dont el se deut;
Et l'autre est que Tristran desire,
Se li deffent Marques sis sire
Qu'ensenble ne poent parler,
104 Et el que lui ne poet amer.
Ele set bien soz ciel n'a rien
Que Tristran voile si grant bien.
Tristran volt li e ele lui,
108 Avoir ne la puet : c'est l'ennui.
Duble paigne, duble dolur
Ha dan Tristran por s'amor.
Espus est a icele Ysodt
112 Qu'amer ne puet, ne amer ne volt.
Il ne la puet par droit guerpir,
Quel talent qu'ait, li estut tenir,
Car ele nel volt clamer quite.
116 Quant l'embrasce, poi se delite,
Fors soul le non que ele porte :
Ce, sevaus, auques le conforte.
Il ha dolur de ce qu'il a,
120 E plus se deut de ce que nen a.
La bele raïne, s'amie,
En cui est sa mort e sa vie;
E por ce est duble la paigne
124 Que Tristan por ceste demainne.
Por cest amor se deut al mains
Ysode, sa feme, as blanchemains :
Que que soit or de l'autre Ysodt,
128 Hiceste sanz delit se deut,
Ele n'a delit de son seignor
N'envers autre nen a amor;
Cestui desire, cestui ha,
132 E nul delit de lui nen a.
Hiceste est a Marque a contraire,
Car il puet d'Isode son bon faire,
Tuit ne puisse il son cuer changier;
136 ..............................................................
Ceste ne set ou deliter,
Fors Tristran sanz delit amer;
De lui desire avoir deduit,
140 E rien nen a ne li enuit.
L'acoler e le baisier
De lui vousist plus asaier;
Il ne li puet abandoner,
144 N'ele ne le volt pas demander.
Hici ne sai que dire puisse,
Quel d'aus quatre a greignor angoisse,
Ne la raison dire ne sai,
148 Por ce que esprové ne l'ai.
La parole mettrai avant,
Le jugement facent amant,
Al quel estoit mieuz de l'amor
152 Ou sanz lui ait greignor dolur.
Dan Marques a le cors Ysodt,
Fait son bon quant il en volt;
Contre cuer li est a ennui
156 Qu'ele aime Tristran plus de lui,
Car il n'aimme rien se li non.
Ysode rest al rai a bandon :
De son cors fait ce que il volt;
160 De cest ennui sovent se deut,
Car envers le rai n'a amor.
Suffrir l'estuet com son seignor
E d'autre part el n'a volair
164 Fors Tristran son ami avoir,
Que feme a prise en terre estrange;
Dote que curruz ait al change,
E en espoir est nequedent
168 Que vers nului n'ait nul talent.
Ysolt Tristran soule desire
E siet bien que Marques si sire
Fait de son cors tut son volair,
172 E si ne puet delit avoir
Fors de volair ou de desir.
Feme a a quil ne puet gesir
E qu'amer ne puet a nul fuer,
176 Mais rien ne fait encontre cuer.
Ysolt as blansdoiz, sa moiller,
Ne puet el mont rien covaiter
Fors soul Tristran, son bel seignor,
180 Dont ele a le cors sanz amor :
Hice l'en faut que plus desire.
Ore puet qui set esgart dire
A quel de l'amor mieuz estoit,
184 Ou qui greignor dolur en ait.
Ysodt as Blanchesmains la bele
Ovec son signor jut pucele;
En un lit se cochent amedui
188 La joie ne sai, ne l'ennui.
Ne li fait mais com a moiller
Chose ou se puisse deliter.
Ne sai se rien de delit set
192 Ou issi vivre aimme ou het;
Bien puet dire, si l'en pesast,
Ja en son tens ne le celast,
Com ele l'a, a ses amis.
196 Avint issi qu'en cel païs
Danz Tristan e danz Caerdins
Dourent aler o lor voisins
A une feste por juer.
200 Tristran i fet Ysodt mener :
Caerdins li chevauche a destre
E par la raigne la senestre,
E vount d'envoisures plaidant.
204 As paroles entendent tant
Qu'il laissent lor chevaus turner
Cele part qu'il volent aler.
Cel a Caerdin se desraie,
208 E l'Ysodt contre lui s'arbroie;
Ele le fiert des esperons.
Al lever que fait des chalons
A l'autre cop que volt ferir,
212 Estuet li sa quisse aovrir;
Por soi tenir la destre estraint.
Li palefrois avant s'enpaint,
E il escrille a l'abaissier
216 En un petit cros en euvier.
Li piez de novel ert ferrez :
Ou vait el tai s'est cruïssé;
Al flatir qu'il fait el pertus,
220 Del cros del pié saut eaue sus;
Contre les cuises li sailli,
Quant ele ses cuisses enovri
Por le cheval que ferir volt.
224 De la fraidure s'esfroie Ysodt,
Gete un cri, e rien ne dit,
E si de parfont cuer rit
Que, si ere une quarantaigne,
228 Encor s'astent adonc a paigne.
Caerdins la voit issi rire,
Qui de lui ait oï dire
Chose ou ele note folie
232 Ou mauvaisté ou vilannie,
Car il ert chevaler hontus
E bon e frans e amerus.
De folie a por ce poür
236 El ris qu'il vait de sa sorur;
Honte li fait poür doter.
Hidonc li prent a demander :
"Ysode, de parfont reïstes,
240 Mais ne sai dont le ris feïstes.
Se la verai achoison ne sai,
En vos mais ne m'afierai.
Vos me poez or bien deçoivere :
244 Se je après m'en puis aperçoivere,
Ja mai certes com ma sorur
Ne vos tendrai ne foi n'amor."
Ysode entent que il li dit,
248 Set que, se de ce l'escondit,
Que il l'en savera molt mal gré,
E dist : "Ge ris de mon pensé
D'une aventure que avint,
252 E por ce ris que m'en sovint.
Ceste aigue, que ci esclata,
Sor mes cuisses plus haut monta
Que unques main d'ome ne fist,
256 Ne que Tristran onques ne me quist.
Frere, or vos ai dit le dont ...
......................................................................


Manuscrit de Strasbourg (Bibliothèque du Séminaire protestant, manuscrit détruit en 1870 - transcrit par F.
Michel)

E vunt s'ent dreit vers Engleterre
Ysolt veeir e Brengien querre;
Ker Kaerdin veeir la volt,
4 E Tristan volt veeir Ysolt.
Que valt que l'um alonje cunte,
U die ce que n'i amunte ?
Dirrai la sume e la fin.
8 Entre Tristran e Kaerdin
Tant unt chevalchié e erré
Qu'il vienent a une cité
U Marke deit la nuit gisir.
12 Quant il ot qu'il i deit venir
(La veie seit e le chemin),
Encuntre vait od Kaerdin.
De luin a luin vunt cheminant
16 E la rocte al rei purveant.
Quant la rocte al rei fu ultrée,
La la reïne unt encuntrée :
De fors le chemin dunc descendent,
20 Li varlet iluec l'atendent.
Il sunt sur un chasne munté,
Qu'esteit sur un chemin ferré;
La rote poent surveeir,
24 Els ne pue(nt) aperceveir.
Vienent garzun, vienent varlet,
Vienent seuz, vienent brachet
E li curliu e li veltrier
28 E li cuistruns e li bernier
E marechals e herberjurs
Cils sumiers (e cils chaceürs)
Cils chevals, palefreis (en destre,)
32 Cils oisels qu'e(n) porte a senestre.
Grant est la rocte e le chemin.
Mult se merveille Kaerdin
De la rote qui ensi est grant
36 E des merveilles qu'il i a tant,
E qu'il ne veit la reïne
Ne Brengien la bele meschine.
Atant eis lur les lavenderes
40 E les foraines chamberreres
Ki servent del furain mester,
Del liz aturner, del eshalcer,
De dras custre, des chiés laver,
44 Des altres choses aprester.
Dunc dit Kaerdin : "Or la vei.
- Ne vus, dit Tristran, par ma fei !
Ainz sunt chamberreres fureines
48 Qui servent de grosses ovraines."
A ce eis lur li chamberlangs;
Après lui espessist li rangs
De chevaliers, de dameisels,
52 D'ensegnez, de pruz e de bels;
Chantent bels suns e pastureles.
Après vienent les dameiseles,
Filles a princes e a baruns,
56 Nees de plusurs regiuns;
Chantent suns e chanz delitus.
Od eles vunt li amerus,
Li enseignez e li vaillant;
60 De druerie vunt parlant,
De veir amur e de ...
Que bels senblant seit de ...
Sulunc ce qu'en l'amur .....
64 Par fo.. e de raisun !.......
Vers els que entre ..............
Dunc dit Kaerdin : "Ore la vei !
Ceste devant est la reïne.
68 E quele est Brengien la meschine ?"
...........................................................


Manuscrit Douce (Oxford, Bodleian Library d 6, f 1-12)
Manuscrit de Turin (cf. ci-dessus

.........................................................
Qui pur Tristran el cuer se dolt,
"Dame, dit Brengvein, morte sui.
Mar vi l'ure que vus cunui,
4 Vus e Tristran vostre ami !
Tut mun païs pur vus guerpi,
E pus, pur vostre fol curage,
Perdi, dame, mun pucelage.
8 Jol fiz, certes, pur vostre amur :
Vus me pramistes grant honur,
E vus e Tristran le parjure,
Ki Deu doinst ui malaventure
12 E dur encunbrer de sa vie !
Par li fu ge primer hunie.
Menbre vus u vus m'enveiastes
A ocire me cummandastes;
16 Ne remist en vostre fentise
Que par les sers ne fui ocise;
Melz me valuit la lur haür,
Ysolt, que ne fiz vostre amur,
20 Chetive et malveise fui
Quant puis icel ure vus crui,
Que unques vers vus amur oi,
Pus ke ceste mort par vus soi.
24 Pur quei n'ai quis la vostre mort,
Quant me la quesistes a tort ?
Cel forfez fud tut pardoné,
Mes or est il renovelé
28 Par l'acheisun e par l'engin
Que fait avez de Kaherdin.
Dehait ait la vostre franchise,
Quant si me rendez mun servise !
32 C'est ço, dame, la grant honur
Que doné m'ad pur vostre amur ?
Il voleit aver cunpaignie
A demener sa puterie :
36 Ysolt, ço li feïstes fere
Pur moi a la folie traire;
Vus m'avez, dame, fait hunir
Pur vostre malveisté plaisir.
40 Vus m'avez mise a desonur :
Destruite en ert nostre amur.
Deus ! tant le vus oï loer,
Pur fere le moi enamer !
44 Unc ne fud hum de sun barnage,
De sun pris, de sun vasselage :
Quel chevaler vus le feïstes !
Al meliur del mund le tenistes,
48 E c'est or le plus recraant
Ki unc portast n'escu ne brant.
Quant pur Karïado s'en fuit,
Sun cors seit huniz e destruit !
52 Quant fuit pur si malveis hume,
Ja n'ad plus cuard desqu'a Rume.
Ore me dites, reïne Ysolt,
Des quant avez esté Richolt ?
56 U apreïstes sun mester
De malveis hume si apreiser
E d'une caitive traïr ?
Pur quei m'avez fait hunir
60 Al plus malveis de ceste terre ?
Tant vaillant me sunt venu querre !
Cuntre tuz me sui ben gardee
Ore sui a un cuard dunee !
64 Ço fud par vostre entisement.
Jon averai ben le vengement
De vus, de Tristran vostre ami :
Ysolt, e vus e lui deffi;
68 Mal en querrai e damage
Pur la vilté de ma huntage."
Quant Ysolt ceste curuz entent
E ot icest desfïement
72 De la ren del mund que plus creit
E que melz s'onur garder deit,
(Icest est sa joie e sun hait
K'issi vilement li dit tel lait),
76 Mult en est al quer anguissee
Od ço qu'ele est de li iree :
Près del quer ses ires li venent
Dubles anguises al quer li tent;
80 Ne set de laquele defendre,
N'a qui ele se puisse prendre;
Suspire e dit : "Lasse, caitive !
Grant dolz est que jo tant sui vive,
84 Car unques nen oi se mal nun
En ceste estrange regiun.
Tristran, vostre cors maldit seit !
Par vus sui jo en cest destreit !
88 Vus m'amenastes el païs,
En peine jo ai esté tuz dis;
Pur vus ai de mun seingnur guerre
E de tuz ceus de ceste terre,
92 Priveement u en apert.
Qui'n calt de ço ? ben l'ai suffert,
E suffrir uncore le peüse,
Se l'amur de Brengvein eüse.
96 Quant purchaser me volt contraire
E tant me het, ne sai que faire.
Ma joie soleit maintenir :
Tristan, pur vus me volt hunir.
100 Mar acuintai unc vostre amur,
Tant en ai curuz e irur !
Toleit m'avez tuz mes parenz,
L'amur de tutes estranges genz.
104 E tut iço vus semble poi,
Se tant de confort cum jo oi
Ne me tolisez al derein
Ço est de la franche Brengven.
108 Si vaillante ne si leele
Ne fud unques mais damisele;
Mais entre vus et Kaherdin
L'avez sustraite par engin.
112 Vus la vulez a vus mener
Ysolt as Blanches Mains guarder;
Pur ço que leele la savez,
Entur li aveir la vulez;
116 Emvers mei errez cum parjure,
Quant me tolez ma nurreture.
Brengvein, membre vus de mon pere
E de la priere ma mere !
120 Si vus me guerpisez ici
En terre estrange, senz ami,
Que frai dunc ? Coment viverai
Car comfort de nuli nen ai ?
124 Brengvein, si me vulez guerpir,
Ne me devez pur ço haïr,
Ne emvers mei querre acheisun
D'aler en altre regiun;
128 Car bon congé vus voil doner,
S'a Kaherdin vulez aler.
Ben sai Tristran le vus fait faire,
A qui Deus en duinst grant contraire !"
132 Brengvein entent al dit Ysolt,
Ne puet laisser que n'i parolt,
E dit : "Fel avez le curage,
Quant sur moi dites itele rage
136 E ço qu'unques n'oi en pensé.
Tristran ne deit estre blasmé :
Vus en devez la hunte aveir,
Quant l'usez a vostre poer;
140 Se mal ne me volsissez,
Tant lungement ne l'usissez.
La malvesté que tant amez
Sur Tristran aturner vulez,
144 Ja ço seit que Tristan n'i fust,
Pire de lui l'amur eüst.
Ne me pleing de la sue amur,
Mais pesance ai e grant dolur
148 De ço que m'avez enginné
Pur granter vostre malvesté.
Hunie sui, si mais le grant.
Guardez vus en dessornavant,
152 Car de vus me quid ben vengier !
Quant me vulez marier,
Pur quei ne me dunastes vus
A un hume chevalerus ?
156 Mais al plus cuard qu'unc fud né
M'avez par vostre engin duné."
Ysolt respunt : "Merci, amie !
Unques ne vuz fiz felunie;
160 Ne par mal ne par malveisté
Ne fud unc cest plai enginné;
De traïsun ne dutés ren :
Si m'aïst Deus, jol fiz pur ben.
164 Kaherdins est bons chevalers,
Riches dux, seürs guerrers;
Ne quidez pas qu'il s'en alast
Pur Karïado qu'il dutast,
168 Einz le dient par lur envie,
Car pur lui ne s'en alad mie.
Se vus oez sur lui mentir,
Nel devez pas pur ço haïr,
172 Ne Tristran mun ami, ne mei.
Brengvein, jo vus afi par fei,
Coment que vostre plai aturt,
Que tuit cil de ceste curt
176 La medlee de nus vuldreient;
Nostre enemi joie en avreient.
Se vus avez vers mei haür,
Ki me voldra puis nul honur ?
180 Coment puis jo estre honuree,
Se jo par vus sui avilee ?
L'en ne poet estre plus traïz
Que par privez e par nuirriz.
184 Quant li privez le conseil set,
Traïr le puet, s'il le het.
Brengvein, qui mun estre savez,
Se vus plaist, hunir me poez;
188 Mais ço vus ert grant reprover,
Quant vus m'avez a conseiller,
Se mun conseil e mun segrei
Par ire descovrez al rei.
192 D'altre part jo l'ai fait par vus :
Mal ne deit aveir entre nus.
Nostre curuz a ren n'amunte :
Unques nel fiz pur vostre hunte,
196 Mais pur grant ben e pur honur.
Pardunez moi vostre haür.
De quei serez vus avancee
Quant vers lu rei ere enpeiree ?
200 Certes el men empirement
Nen ert le vostre amendement;
Mais, si par vus sui avilee,
Mains serez preisee e amee.
204 E perdu en avrez m'amur
E l'amisté de mun seignur.
Quel semblent qu'il uncs me face,
Ne quidez qu'il ne vus enhace.
208 Emvers mei ad si grant amur,
Nus ne porreit mettre haiur,
Nuls ne nus poreit tant medler
Que sun cors poust de mei sevrer.
212 Mes faiz puet aveir contre quer,
Mei ne puet haïr a nul fuer;
E mes folies puet haïr,
Mais m'amur ne puet unc guerpir;
216 Mes faiz en sun cuer haïr puet :
Quel talent qu'ait, amer m'estuet.
Unques a nul qui mal me tint
Emvers lu rei ben n'en avint :
220 Ki li dient ço qu'il plus het,
Sachez que mal gré lur en set.
De quei avancerez lu rei,
Se vus li dites mal de mei ?
224 De quele chose l'averez vengé,
Quant vus mei avrez empeiré ?
Pur quei me volez vus traïr ?
Quei li vulez vus descouvrir ?
228 Que Tristran vint parler a mei ?
E quel damage en ad le rei ?
De quei l'avez vus avancé,
Quant de moi l'avez curucé ?
232 Ne sai quel chose i ait perdu."
Brengvein dit : "Bien vus est defendu,
Juré l'avez passé un an,
Le parler e l'amur Tristran.
236 La defense e le serement
Avez tenu malveisement :
Des que poesté en eüstes,
Chative Ysolt, parjure fustes,
240 Feimentie e parjuree.
A mal estes si aüsee
Que vus nel poez pas guerpir;
Vostre viel us estuet tenir.
244 Se usé ne l'eussez d'amfance,
Ne maintenisez la fesaunce;
S'al mal ne vus delitissez,
Si lungement nel tenissez.
248 Que puleins prent en danteüre,
U voille u nun, lunges li dure,
E que femme en juvente aprent,
Quant ele nen ad castiement,
252 Il li dure tut sun eage,
S'ele ad poer a sun curage.
Vus l'apreïstes en juvente :
Tuz jurs mais ert vostre entente.
256 S'en juvente apris ne l'eusez,
Si lungement ne l'usisez.
Si li reis vus eust castïé,
Ne feïsez la maveisté;
260 Mais pur ço qu'il le vus consent,
L'avez usé si lungement.
Il le vus ad pur ço suffert
Que il ne fud uncs ben cert;
264 Jo l'en dirrai la verité :
Puis en face sa volenté !
Tant avez usé l'amur
Ublié en avez honur,
268 E tant mené la folie
Ne larrez a vostre vie.
Tres que li reis s'en aparçut,
Castier par dreit vus en dut;
272 Il l'ad suffert si lungement
Huniz en est a tute sa gent.
Le nes vus en deüst trencher
U altrement aparailer
276 Que hunie en fusez tuz dis :
Grant joie fust a voz enmis.
L'en vus deüst faire grant huntage,
Quant hunissez vostre lingnage,
280 Voz amis e vostre seingnur.
Se vus amisez nul honur,
Vostre malveisté laissisez.
Ben sai en quei vus vus fiez :
284 En la jolifté de le rei,
Que voz bons suffre endreit sei.
Pur ço qu'il ne vus puet haïr,
Ne volez sa hunte guerpir;
288 Envers vus ad si grant amur
Que il suffre sa desonur;
Se il itant ne vus amast,
Altrement vus en castïast.
292 Ne larai, Ysolt, nel vus die :
Vus faites mult grant vilanie,
A vostre cors hunisement,
Quant il vus aime si durement,
296 E vus vers li vus cuntenez
Cum vers home qui naent n'amez.
Eussez vus emvers lui amur,
Ne feïsez sa desonur."
300 Quant Ysolt ot sei si despire,
A Brengvein respunt dunc par ire :
"Vus moi jugez trop cruelement.
Dehé ait or vostre jugement !
304 Vus parlez cum desafaitee
Quant si m'avez a desleée.
Certes, si jo sui feimentie,
Parjure, u ren hunie,
308 U se jo ai fait malvesté,
Vus moi avez ben conseilé.
Ne fust la consence de vus,
Ja folie n'eüst entre nus;
312 Mais pur ço que le consentistes,
Ço que faire dui m'apreïstes :
Les granz enginz e les amurs,
Les dutaunces, les tristurs,
316 E l'amur que nus maintenimes,
Par vus fud quanque feïmes.
Primer en deceüstes mei
Tristran après, e puis le rei;
320 Car peç'a que il le seüst,
Se li engin de vus ne fust.
Par messunges que li deïstes
En la folie nus tenistes;
324 Par engin e par decevance
Covristes vus nostre fesance.
Plus de moi estes a blasmer
Quant vus me devriez garder,
328 E dunc moi feites hunir.
Ore moi volez descovrir
Del mal qu'ai fait en vostre garde;
Mais fu e male flame m'arde,
332 Se il vent a dire la verité,
Se de ma part est puint celé,
E se li reis venjance prent,
De vus la prenge primerement !
336 Emvers lui l'avez deservi;
Nequedent jo vus cri merci,
Que le cunseil ne descovrez
E vostre ire moi pardonez."
340 Dunc dit Brengvein : "Nu frai, par fei !
Jol mustrai primer al rai;
Orrum qui ad tort u dreit;
Cum estre puet idunc si seit !"
344 Par mal s'en part atant d'Ysolt,
Jure qu'al rei dire le volt.
En cest curuz e en ceste ire,
Vait Brengien sun buen al rei dire :
348 "Sire, dit ele, ore escutez,
Ce ke dirrai pur veir creez."
Parole al rei tut a celee,
De grant engin s'est purpensee,
352 Dit : "Entendez un poi a mei.
Lijance e lealté vus dei
E fiance e ferm'amur
De vostre cors, de vostre hunur :
356 E quant jo vostre hunte sai,
M'est avis a celer ne l'ai.
E se jo anceis la seüsse,
Certes descoverte l'eüsse.
360 Itant vus voil dire d'Ysolt :
Plus enpire que ne solt;
De sun curage est empeiree ;
E s'el n'est de melz gaitee,
364 Ele fra de sun cors folie,
Car uncore nel fist ele mie;
Mais ele n'atent se aise nun.
Pur nent fustes en suspeciun :
368 Jon ai eü mult grant irrur
E dutance el cuer e poür;
Car ele ne se volt pur ren feindre
S'ele puet a sun voleir ateindre,
372 Pur ço vus venc io conseiler
Que vus la facez melz gaiter.
Oïstes uncs la parole :
"Vuide chambre fait dame fole,
376 Aise de prendre fait larrun,
Fole dame vuide maisun ?"
Pez'a qu'avez eü errance.
Jo meïmes fu en dutance,
380 Nut et jur pur li en aguait;
Mais pur nent l'ai jo fait,
Car deceü avum esté
E del errur e del pensé.
384 Ele nuz ad tuz engingné
E les dez senz jeter changé;
Enginnum la as dez geter,
Quant avainge a sun penser,
388 Qu'ele ne puisse sun bon aver
Itant cum est en ceste vuleir :
Kar qui un poi la destreindra,
Jo crei ben qu'ele s'en retraira.
392 Certes, Markes, c'est a bon dreit,
Huntage avenir vus en deit
Quant tuz ses bons li cunsentez
E sun dru entur li suffrez.
396 Jol sai ben, io face que fole
Que unques vus en di parole,
Car vus m'en savrez mult mal gré.
Ben en savez la verité.
400 Quel senblant que vus en facez,
Ben sai pur quei vus en feinnez :
Que vus ne valez mie itant
Que fere li osissez senblant.
404 Reis, jo vus en ai dit asez
Ove iço que vus savez."
Li reis as diz Brengien entent,
Si se merveille mult forment
408 Que ço puisse estre qu'ele conte
De sa dutance e de sa hunte,
Qu'il l'ait suffert e qu'el le sace,
Qu'il se feint, quel senblance que face.
412 Idunc est il en grant errur;
Prie que die la verur;
Car il quide que Tristran seit
En la chanbre, cum il soleit;
416 Sa fei lealment li afie
Que le conseil ne dirrat mie.
Dunc dit Brengvein par grant cuintise :
"Reis, pur dire tut mun servise,
420 Ne vus voil seler l'amisté
Ne le plai qu'ele ad enginné.
Nus avum esté deceü
De l'errur que avum eü,
424 Qu'el vers Tristan eüst amur.
Ele ad plus riche doneür :
Ço est Carïado le cunte;
Entur li est pur vostre hunte.
428 D'amur a tant requis Ysolt
Qu'or m'est avis granter li volt;
Tant a lousengé e servi
Qu'ele en volt faire sun ami;
432 Mais de ço vus afi ma fei
Qu'unc ne li fist plus qu'a mei.
Ne di pas, se aise en eüst,
Tut sun bon faire n'em peüst,
436 Car il est beals e pleins d'engins,
Entur li est seirs e matins,
Sert la, lousenge, si li prie.
N'est merveille s'ele fait folie
440 Vers riche hume tant amerus;
Reis, jo moi merveille mult de vus
Que entur li tant li suffrez,
U pur quel chose tant l'amez.
444 Del sul Tristran avez poür :
Ele n'ad vers lui nul amur,
Jo m'en sui ben aparceüe;
Ensement en fu deceüe.
448 Desci qu'il vint en Engleterre
Vostre pais e vostre amur querre.
E tres que Ysolt l'oï dire,
Aguaiter le fist pur ocire;
452 Karïado i emveia,
Ki a force l'en chaça.
Pur veir ne savum quant ad fait.
Par Ysolt li vint cest aguait;
456 Mais certes, s'ele unques l'amast,
Tel hunte ne li purchazast.
S'il est morz, ço est grant peché,
Car il est pruz e ensengné,
460 Si est vostre niés, sire reis;
Tel ami n'avrez mais cest meis."
Quant li reis ot ceste novele,
Tuz li curages l'en eschancele,
464 Car il ne set qu'il em puise fere;
Ne volt la parole avant retraire,
Car n'i veit nul avancement.
A Brengvein dit priveement :
468 "Amie, ore vus covent ben;
Sur vus ne m'entremettrai ren,
Fors, al plus bel que jo purrai,
Kariado esluingnerai,
472 E d'Isolt vus entremetrez.
Privé consoil ne li celez
Ne de barun ne de chevaler,
Que ne seiez al conseiler;
476 En vostre garde la commant :
Cunveinez vus en desornavant !"
Ore est Ysolt desuz la main
E desuz le conseil Brengvein;
480 Ne fait ne dit priveement
Qu'ele ne seit al parlement.
Vunt s'en Tristran e Kaherdin
Dolent et tristre lur chemin.
484 Ysolt en grant tristur remaint,
E Brengvein, que forment se plaint.
Markes rad el cuer grant dolur,
E em peisance est de l'errur.
488 Karïado rest en grant peine,
Ki pur l'amur Ysolt se peine,
E ne puet vers li espleiter
Que l'amur li vuille otreier;
492 Ne vult vers lu rei encuser.
Tristran se prent a purpenser
Que il s'en vait vileinement,
Quant ne set ne quar ne coment
496 A la reïne Ysolt estait,
Ne que Brengvein la fraunche fait.
A Deu cumaunde Kaherdin,
E returne tut le chemin,
500 E jure que ja mais n'ert liez
Si avrad lur estre assaiez.
Mult fud Tristran suspris d'amur;
Ore s'aturne de povre atur,
504 De povre atur, de vil abit,
Que nuls ne que nule quit
Ne aparceive que Tristran seit.
Par un herbe tut les deceit,
508 Sun vis em fait tut eslever,
Cum se malade fust, emfler;
Pur sei seürement covrir,
Ses pez e ses mains fait vertir;
512 Tut se apareille cum fust lazre,
E puis prent un hanap de mazre
Que la reine li duna
Le primer an que il l'amat,
516 Met i de buis un gros nüel,
Si s'apareille un flavel.
A la curt le rei s'en vait
E près des entrees se trait
520 E desire mult a saver
L'estre de la curt e veer.
Sovent prie, sovent flavele,
N'en puet oïr nule novele
524 Dunt en sun cuer plus liez en seit.
Li reis un jur feste teneit,
Sin alat a la halte glise
Pur oïr le grant servise;
528 Eissuz en ert hors des palès,
E la reïne vent après.
Tristran la veit, del sun li prie;
Mais Ysolt nel reconuit mie.
532 Et il vait après, si flavele,
A halte vuiz vers li apele,
Del sun requiert pur Deu amur
Pitusement, par grant tendrur.
536 Grant eschar en unt li serjant
Cum la reine vait si avant.
Li uns l'empeinst, l'altre le bute,
E sil metent hors de la rute,
540 L'un manace, l'altre le fert;
Il vait après, si lur requiert
Que pur Deu alcun ben li face,
Ne s'en returne pur manace.
544 Tuit le tenent pur ennuius,
Ne sevent cum est besuignus.
Suit les tresqu'enz en la capele,
Crie e del hanap flavele.
548 Ysolt en est tut ennuée,
Regarde le cum feme irée,
Si se merveille que il ait
Ki pruef de li itant se trait,
552 Veit le hanap qu'ele cunuit,
Que Tristran ert buen s'aparçut
Par sun gent cors, par sa faiture,
Par la furme de s'estature;
556 En sun cuer en est esfreée
E el vis teinte e colurée,
Kar ele ad grant poür del rei;
Un anel d'or trait de sun dei,
560 Ne set cum li puisse duner,
En sun hanap le volt geter.
Si cum le teneit en sa main
Aparceüe en est Brengvein;
564 Regarde Tristran, sil cunut,
De sa cuintise s'aparçut,
Dit lui qu'il est fols e bricuns
Ki si embat sur les baruns,
568 Les serjanz apele vilains
Qui le suffrent entre les seins,
E dit a Ysolt qu'ele est feinte :
"Des quant avez esté si seinte
572 Que dunisez si largement
A malade u a povre gent ?
Vostre anel doner li vulez :
Par ma fei, dame, nun ferez.
576 Ne donez pas a si grant fès,
Que vus repentez enaprès;
E si vus or li dunisez,
Encor ui vus repentirez."
580 As serjanz dit qu'illuques veit
Que hors de le glise mis seit;
E cil le metent hors ad l'us,
E il n'ose preier plus.
584 Or veit Tristran, e ben le set,
Que Brengvein li e Ysolt het;
Ne set suz cel que faire puisse;
En sun quer ad mult grant anguisse
588 Debutter l'ad fait mult vilement;
Des oilz plure mult tendrement,
Plaint s'aventure sa juvente,
Qu'unques en amer mist s'entente :
592 Suffert en ad tantes dolurs,
Tantes peines, tantes poürs,
Tantes anguisses, tanz perilz,
Tantes mesaises, tanz eissilz,
596 Ne pot laisser que dunc ne plurt.
Un viel palès ot en la curt :
Dechaet ert e depecez.
Suz le degré est dunc mucez,
600 Plaint sa mesaise e sa grant peine
E sa vie que tant le meine.
Mult est febles de travailer,
De tant juner e de veiller.
604 Del grant travail e des haans
Suz le degré languist Tristrans,
Sa mort desire e het sa vie,
Ja ne leverad mais senz aie.
608 Ysolt en est forment pensive,
Dolente se claime e cative
K'issi faitement veit aler
La ren qu'ele plus solt amer;
612 Ne set qu'en face nequedent,
Plure e suspire sovent,
Maldit le jur, maldit l'ure
Qu'ele el secle tant demure.
616 Le service oent al muster,
E puis vunt el palès mangier
E demeinnent trestut le jur
En emveisure e en baldur;
620 Mais Ysolt n'en ad nul deduit.
Avint issi que einz la nuit
Que li porter aveit grant freit
En sa loge u il se seit;
624 Dist a sa femme qu'ele alast
Quere leingne, sin aportast.
La dame ne volt luinz aler,
Suz le degré en pout trover
628 Seiche leine e velz marien,
E vait i, ne demure ren;
E ceste entre enz en l'oscurté;
Tristran i ad dormant trové;
632 Trove s'esclavine velue,
Crie, a poi n'est del suen esue,
Quide que ço deable seit,
Car ele ne sot que ço esteit;
636 En sun quer ad grant hisdur,
E vent, sil dit a sun seingnur.
Icil vait a la sale guaste
Alume chandele, e si taste,
640 Trove i Tristran dunc gesir
Ki près en est ja de murir;
Que estre puet si se merveille,
E vent plus près a la candele,
644 Si aparceit a sa figure
Que ço est humaine faiture.
Il le trove plus freit que glace,
Enquert qu'il seit e qu'il i face,
648 Coment il vint suz le degré.
Tristran li ad trestut mustré
L'estre de lui e l'achaisun
Pur quei il vint en la maisun.
652 Tristran en li mult se fïot,
E li porters Tristran mult amot :
A quel travail, a quelque peine,
Tresqu'enz en sa loge l'ameine;
656 Suef lit li fait a cucher,
Quert li a beivre e a manger;
E un message porte a Ysolt
E a Brengvein, si cum il solt.
660 Pur nule ren que dire sace,
Ne puet vers Brengvein trover grace.
Isolt Brengvein a li apele
E dit li : "Franche damisele,
664 Ove Tristran vus cri merci !
Alez en parler, ço vus pri.
Conforter le en sa dolur :
Il muert d'anguise e de tristur;
668 Jal suliez unc tant amer :
Bele, car l'alez cunforter !
Ren ne desire se vus nun.
Dites li seveals l'achaisun
672 Pur quei e des quant le haiez."
Brengvein dit : "Pur nent en parlez.
Ja mais par moi n'avrad confort.
Jo li vul melz asez la mort
676 Que la vie u la santé.
Oan mais ne m'ert reprové
Que par moi aiez fest folie :
Ne vul covrer la felunie.
680 Leidement fud de nus retrait
Que par moi l'avïez tuit fait,
E par ma feinte decevance
Solei seler la fasance.
684 Tut issi vait qui felun sert :
U tost u tart sun travail pert.
Servi vus ai a mun poer :
Pur ço dei le mal gré aveir.
688 Se regardissez a franchice,
Rendu m'ussez altre service,
De ma peine altre guerdun
Que moi hunir par tel barun."
692 Ysolt li dit : "Laissez ester.
Ne me devez pas reprover
Iço que par curuz vus diz :
Peise moi certes que jol fiz.
696 Pri vus quel moi pardunisez
E tresques a Tristran en algez,
Car ja mais haitez ne serra,
Se il a vus parlé nen a."
700 Tant la losenge, tant la prie,
Tant li pramet, tant mercie crie
Qu'ele vait a Tristran parler,
En sa loge u gist conforter;
704 Trove le malade e mult feble,
Pale de vis, de cors endeble,
Megre de char, de colur teint.
Brengvein le veit qu'il se pleint,
708 E cum suspire tendrement,
E prie si pitusement
Qu'ele li die, pur Deu amur,
Pur quei ele ait vers li haür,
712 Qu'ele li die la vérité.
Tristran li ad aseüré
Que ço pas verité n'estoit
Ce que sur Kaherdin estoit,
716 E qu'en la curt le fra venir
Pur Karïado desmentir.
Brengvein le creit, sa fei em prent,
E par tant funt l'acordement,
720 E vunt en puis a la reïne
Suz en une chambre marbrine;
Acordent sei par grant amur,
E puis confortent lur dolur.
724 Tristran a Ysolt se deduit.
Après grant pose de la nuit
Prent le congé a l'enjurnee
E si s'en vet vers sa cuntree,
728 Trove son nevu qui l'atent,
E passe mer al primer vent,
E vent a Ysolt de Bretaingne,
Qui dolente est de cest ovraingne.
732 Ben li est enditee l'amur,
El quer en ad mult grant dolur
E grant pesance e deshait,
Tut sun eür li est destrait.
736 Coment il aime l'altre Ysolt,
C'est l'achaisun dunt or s'en dolt.
Veit s'en Tristran, Ysolt remaint,
Ki pur l'amur Tristran se pleint,
740 Pur ço que dehaité s'en vait;
Ne set pur veir cum li estait.
Pur les granz mals qu'il ad suffert
Qu'a privé li ad descovert,
744 Pur la peine, pur la dolur
Que tant ad eü pur s'amur,
Pur l'anguise, pur la grevance,
Partir volt a la penitance.
748 Pur ço que Tristran veit languir,
Ove sa dolur vult partir.
Si cum ele a l'amur partist
Od Tristran qui pur li languist,
752 E partir vult ove Tristran
A la dolur e a l'ahan.
Pur lui s'esteut de maint afeire
Qui a sa bealté sunt cuntraire,
756 E meine en grant tristur sa vie.
E cele, qui est veire amie
De pensers e de granz suspirs,
E leise mult de ses desirs,
760 Plus leale ne fud unc veüe,
Vest une bruine a sa char nue;
Iloc la portoit nuit et jur,
Fors quant culchot a sun seignur.
764 Ne s'en aparceurent nïent,
Un vou fist e un serement
Qu'ele ja mais ne l'ostereit,
Se l'estre Tristran ne saveit.
768 Mult suffre dure penitance
Pur s'amur en mainte fesance,
E mainte peine e maint ahan
Suffre ceste Ysolt pur Tristran,
772 Mesaise, dehait e dolur.
Apruef si prist un vïelur,
Si li manda tote sa vie
E sun estre, e puis li prie
776 Qu'il li mant tut son curage
Par enseignes par cest message.
Quant Tristran la novele sout
De la reïne qu'il plus amout,
780 Pensis en est e deshaitez;
En sun quer ne pot estre leez
De si la qu'il ait veüe
La bruine qu'Ysolt ot vestue,
784 Ne de sun dos n'ert ja ostee,
De si qu'il venge en la cuntree.
Idunc parole a Kaherdin
Tant qu'il se metent en chemin,
788 E vunt s'en dreit en Engletere
Aventure e eür conquerre.
En penant se sunt aturné,
Teint de vis, de dras desguisé,
792 Que nuls ne sace lur segrei;
E venent a la curt le rei
E parolent priveement
E funt i mult de lur talent.
796 A une feste que li reis tint,
Grant fu li poples que i vint;
Après manger deduire vunt
E plusurs jus comencer funt
800 D'eskermies e de palestres.
De tuz i fud Tristran mestres.
E puis firent uns sauz waleis
E uns qu'apelent waveleis,
804 E puis si porterent cembeals
E lancerent od roseals,
Od gavelos e od espiez :
Sur tuz i fud Tristran preisez,
808 E empruef li Kaherdin
Venqui les altres par engin.
Tristran i fud reconeüz,
D'un sun ami aparceüz :
812 Dous chevals lur duna de pris,
Nen aveit melliurs el païs,
Car il aveit mult grant poür
Que il ne fusent pris al jur.
816 En grant aventure se mistrent.
Deus baruns en la place occirent :
L'un fud Karïado li beals,
Kaherdin l'occist as cembeals
820 Pur tant que il dit qu'il s'en fui
A l'altre feiz qu'il s'en parti;
Aquité ad le serement
Ki fud fait a l'acordement;
824 E puis se metent al fuïr
Amdeus pur lur cors guarir.
Vunt s'en amdui a esperun
Emvers la mer li compaignun.
828 Cornewaleis les vunt chaçant,
Mais il les perdent a tant.
El bois se mistrent en le chimin
Entre Tristran e Kaherdin;
832 Les tresturz des deserz errerent,
E par iço de eus se garderent.
En Bretaingne tut dreit s'en vunt :
De la venjance leez en sunt.
836 Seignurs, cest cunte est mult divers,
E pur ço l'uni par mes vers
E di en tant cum est mester
E le surplus voil relesser.
840 Ne vol pas trop en uni dire :
Ici diverse la matyre.
Entre ceus qui solent cunter
E del cunte Tristran parler,
844 Il en cuntent diversement :
Oï en ai de plusur gent.
Asez sai que chescun en dit
E ço qu'il unt mis en escrit,
848 Mes sulun ço que j'ai oï,
Nel dïent pas sulun Breri
Ky solt les gestes e les cuntes
De tuz les reis, de tuz les cuntes
852 Ki orent esté en Bretaingne.
Ensurquetut de cest' ovraingne
Plusurs de noz granter ne volent
Ço que del naim dire ci solent,
856 Que femme Kaherdin dut amer :
Li naim redut Tristran navrer
E entuscher par grant engin,
Quant ot afolé Kaherdin;
860 Pur ceste plaie e pur cest mal
Enveiad Tristran Guvernal
En Engleterre pur Ysolt.
Thomas iço granter ne volt,
864 E si volt par raisun mustrer
Qu'iço ne put pas esteer.
Cist fust par tut la part coneü
E par tut le regne seü
868 Que de l'amur ert parçuners
E emvers Ysolt messagers.
Li reis l'en haeit mult forment,
Guaiter le feseit a sa gent :
872 E coment pust il dunc venir
Sun servise a la curt offrir
Al rei, as baruns, as serjanz,
Cum fust estrange marchanz,
876 Que hum issi coneüz
N'i fud mult tost aparceüz ?
Ne sai coment il se gardast,
Ne coment Ysolt amenast.
880 Il sunt del cunte forsveié
E de la verur esluingné,
E se de ço ne volent granter,
Ne voil vers eus estriver;
884 Tengent le lur e jo le men :
La raisun s'i pruvera ben !
En Bretaingne sunt repeiré
Tristran e Kaherdin haité,
888 E deduient sei leement
Od lur amis e od lur gent,
E vunt sovent en bois chacer
E par les marches turneier.
892 Il orent le los e le pris
Sur trestuz ceus del païs
De chevalerie e d'honur,
E, quant il erent a sujur,
896 Dunc en alerunt en boscages
Pur veer les beles ymages.
As ymages se delitoent
Pur les dames que tant amouent :
900 Le jur i aveient deduit
De l'ennui qu'il orent la nuit.
Un jur erent alé chacer
Tant qu'il furent al repeirer,
904 Avant furent lur compaingnun :
Nen i aveit se eus deus nun.
La Blanche Lande traverserunt,
Sur destre vers la mer garderent :
908 Veient venir un chevaler
Les walos sur un vair destrer.
Mult par fud richement armé :
Escu ot d'or a vair freté,
912 De meïme le teint ot la lance,
Le penun e la conisance.
Une sente les vent gualos,
De sun escu covert e clos;
916 Lungs ert e grant e ben pleners,
Armez ert e beas chevalers.
Entre Tristran e Kaherdin
L'encuntre attendent el chimin;
920 Mult se merveillent qui ço seit.
Il vent vers eus u il les veit,
Salue les mult ducement,
E Tristram sun salu li rent.
924 Puis li demande u il vait
E quel busuing e quel haste ait.
"Sire, dit dunc li chevaler,
Savet me vus enseingner
928 Le castel Tristran l'Amerus ?"
Tristran dit : "Que li vulez vus ?
U ki estes ? Cum avez vus nun ?
Ben vus merrun a sa maisun.
932 E s'a Tristran vulez vus parler,
Ne vus estut avant aler,
Car jo sui Tristran apellez;
Or me dites que vus volez."
936 Il respunt : "Ceste novele aim.
Jo ai a nun Tristran le Naim;
De la marche sui de Bretanie
E main dreit sur la mer d'Espanie.
940 Castel i oi e bele amie,
Altretant l'aim cum faz ma vie;
Mais par grant peiché l'ai perdue :
Avant er nuit me fud tollue.
944 Estut l'Orgillius Castel Fer
L'en a fait a force mener.
Il la tent en sun castel,
Si en fait quanques li est bel.
948 Jon ai el quer si grant dolur
A poi ne muer de la tristur,
De la pesance e de l'anguisse;
Suz cel ne sai que faire puisse;
952 N'en puis senz li aveir confort;
Quant jo perdu ai mon deport
E ma joie e mun delit,
De ma vie m'est pus petit.
956 Sire Tristran, oï l'ai dire,
Ki pert iço qu'il plus desire,
Del surplus deit estre poi.
Unkes si grant dolur nen oi,
960 E pur ço sui a vus venuz :
Dutes estes e mult cremuz
E tuz li meldre chivalers,
Li plus francs, li plus dreiturers,
964 E icil qui plus ad amé
De trestuz ceus qui unt esté;
Si vus en cri, sire, merci,
Requer vostre franchise e pri
968 Qu'a cest busuing od mei venez,
E m'amie me purchacez.
Humage vus frai e lijance,
Si vus m'aidez a la fesance."
972 Dunc dit Tristrans : "A mun poeir
Vus aiderai, amis, pur veir;
Mes a l'hostel or en alum :
Contre demain nus aturnerum,
976 Et si parfeisums la busunie."
Quant il ot que le jur purluinie,
Par curuz dit : "Par fei, amis,
N'estes cil que tant a pris !
980 Jo sai que, si Tristran fuisset,
La dolur qu'ai sentisset,
Car Tristran si ad amé tant
Qu'il set ben quel mal unt amant.
984 Si Tristran oïst ma dolur,
Il m'aidast a icest amur;
Itel peine ne itel pesance
Ne metreit pas en purlungance.
988 Qui que vus seiet, baus amis,
Unques n'amastes, ço m'est avis.
Se seüsez que fud amisté,
De ma dolur eussez pité :
992 Que unc ne sot que fud amur,
Ne put saver que est dolur,
E vus, amis, que ren amez,
Ma dolur sentir ne poez;
996 Se ma dolur pusset sentir,
Dunc vuldriez od mei venir.
A Deu seiez ! Jo m'en irrai
Querre Tristran quel troverai.
1000 N'avrai confort se n'est par lui.
Unques si esgaré ne fui !
E ! Deus, pur quei ne pus murir
Quant perdu ai que plus desir ?
1004 Meuz vousisse la meie mort,
Car jo n'avrai nul confort,
Ne hait, ne joie en mun corage,
Quant perdu l'ai a tel tolage,
1008 La ren el mund que plus aim."
Eissi se pleint Tristran le Naim;
Aler se volt od le congé.
L'altre Tristran en ad pité
1012 Et dit lui : "Bels sire, or esteez !
Par grant reisun mustré l'avez
Que jo dei aler ove vus,
Quant jo sui Tristran l'Amerus
1016 E jo volenters i irrai;
Suffrez, mes armes manderai."
Mande ses armes, si s'aturne,
Ove Tristran le Naim s'en turne.
1020 Estult l'Orgillus Castel Fer
Vunt dunc pur occire aguaiter.
Tant sunt espleité e erré
Que sun fort castel unt trové.
1024 En l'uraille d'un bruil descendent,
Aventures iloc atendent.
Estut l'Orgillius ert mult fers,
Sis freres ot a chevalers
1028 Hardiz e vassals e mult pruz,
Mais de valur les venquit tuz.
Li dui d'un turnei repairerent;
Par le bruill les embuscherent,
1032 Escrierent les ignelement,
Sur eus ferirent durement;
Li dui frere i furent ocis.
Leve li criz par le païs
1036 E muntent icil del castel.
Li sires ot tut sun apel
E les dous Tristrans assailirent
E agrement les emvaïrent.
1040 Cil furent mult bon chevaler,
De porter lur armes e manier;
Defendent sei encuntre tuz
Cum chevaler hardi e pruz,
1044 E ne finerent de combatre
Tant qu'il orent ocis les quatre.
Tristran li Naim fud mort ruez,
E li altre Tristran navrez,
1048 Par mi la luingne, d'un espé
Ki de venim fu entusché.
En cel ire ben se venja,
Car celi ocist quil navra.
1052 Ore sunt tuit li set frere ocis,
Tristran mort e l'altre malmis,
Qu'enz el cors est forment plaié.
A grant peine en est repairé
1056 Pur l'anguise qui si le tent;
Tant s'efforce qu'a l'ostel vent,
Ses plaies fet aparailler,
Mires querre pur li aider.
1060 Asez en funt a lui venir :
Nuls nel puet del venim garir,
Car ne s'en sunt aparceü,
E par tant sunt tuit deceü.
1064 Il ne sevent emplastre faire
Ki le venim em puisse traire.
Asez batent, triblent racines,
Cuillent erbes e funt mecines,
1068 Mais ne l'em puent ren aider :
Tristran ne fait fors empeirer.
Li venims espant par tut le cors,
Emfler le fait dedenz e dehors;
1072 Nercist e teint, sa force pert,
Li os sunt ja mult descovert.
Or entent ben qu'il pert sa vie
Se il del plus tost n'ad aïe,
1076 E veit que nuls nel puet guarir
E pur ço l'en covent murir.
Nuls ne set en cest mal mecine;
Nequident s'Ysolt la reïne
1080 Icest fort mal en li saveit
E od li fust, ben le guareit;
Mais ne puet a li aler
Ne suffrir le travail de mer;
1084 E il redute le païs,
Car il i ad mult enemis;
N'Ysolt ne puet a li venir;
Ne seit coment puise garir.
1088 El cuer en ad mult grant dolur,
Car mult li greve la langur,
Le mal, la puür de la plaie;
Pleint sei, forment s'en esmaie,
1092 Car mult l'anguise le venim;
A privé mande Kaherdin :
Descovrir volt la dolur,
Emvers lui ot leele amur;
1096 Kaherdin repot lui amer.
La chambre u gist fait delivrer
Ne volt sufrir qu'en la maisun
Remaine al cunseil s'eus dous nun.
1100 En sun quer s'esmerveille Ysolt
Qu'estre puise qu'il faire volt,
Se le secle vule guerpir,
Muine u chanuine devenir :
1104 Mult par est en grant effrei.
Endreit sun lit, suz la parei,
Dehors la chambre vait ester,
Car lur conseil volt escuter.
1108 A un privé guaiter se fait
Tant cum suz la parei estait.
Tristran s'est tant efforcé
Qu'a la parei est apuié.
1112 Kaherdin set dejuste lui
Pitusement plurent andui,
Plangent lur bone companie
Ki si brefment ert departie,
1116 L'amur e la grant amisté;
El quer unt dolur e pité,
Anguice, peisance e peine;
Li uns pur l'altre tristur meine.
1120 Plurent, demeinent grant dolur,
Quant si deit partir lur amur :
Mut ad esté fine e leele.
Tristran Kaherdin en apele,
1124 Dit li : "Entendez, beals amis,
Jo sui en estrange païs,
Jo ne ai ami ne parent,
Bel compaing, fors vus sulement.
1128 Unc n'i oi deduit ne deport,
Fors sul par le vostre confort.
Ben crei, s'en ma terre fuce,
Par conseil garir i peüce;
1132 Mais pur ço que ci n'ad aïe,
Perc jo, bels dulz compainz, la vie;
Senz aïe m'estut murir,
Car nuls hum ne me put garir
1136 Fors sulement reïne Ysolt.
Le me puet fere, s'ele volt :
La mecine ad e le poeir,
E, se le seüst, le vuleir.
1140 Mais, bels compainz, n'i sai que face,
Pur quel engin ele le sace.
Car jo sai bien, s'ele le soüst,
De cel mal aider me poüst,
1144 Par sun sen ma plaie garir;
Mais coment i puet ele venir ?
Se jo seüse qui i alast
Mun message a li portast
1148 Acun bon conseil me feïst,
Des que ma grant besuine oïst.
Itant la crei que jol sai ben
Que nel larreit pur nule ren
1152 Ne m'aidast a ceste dolur,
Emvers mei ad si ferm amur !
Ne m'en sai certes conseiler,
E pur ço, compainz, vus requer :
1156 Pur amisté e pur franchise
Enpernez pur moi cest servise !
Cest message faites pur mei
Par cumpanie e sur la fei
1160 Qu'afiastes de vostre main
Quant Ysolt vus dona Brengvein !
E ici vus affi la meie,
Si pur mei empernez la veie,
1164 Vostre liges hum devendrai,
Sur tute ren vus amerai."
Kaherdin veit Tristran plurer,
E ot le pleindre, desconforter,
1168 Al quer en ad mult grant dolur,
Tendrement respunt par amur,
Dit lui : "Bel compaing, ne plurez,
E jo frai quanque vus volez.
1172 Certes, amis, pur vus garir,
Me metrai mult près de murir,
E en aventure de mort
Pur conquerre vostre confort.
1176 Par la lealté que vus dei,
Ne remaindra mie pur mei
Ne pur chose que fere puise,
Pur destrece ne pur anguise,
1180 Que jo n'i mette mun poer
A faire vostre vuler.
Dites que li vulez mander,
E jo m'en irrai aprester."
1184 Tristran respunt : "Vostre merci !
Ore entendez que jo vus di.
Pernez cest anel avoc vus.
Ço sunt enseingnes entre nus,
1188 E quant en la terre vendrez,
En curt marcheant vus ferez,
E porterez bons dras de seie.
Faites qu'ele cest anel veie,
1192 Car des qu'ele l'avrad veü
E de vus s'iert aparceü
Art e engin après querra
Que a leiser i parlera.
1196 Dites li saluz de ma part,
Que nule en moi senz li n'a part.
De cuer tanz saluz li emvei
Que nule ne remaint od mei.
1200 Mis cuers de salu la salue,
Senz li ne m'ert santé rendue;
Emvei li tute ma salu.
Cumfort ne m'ert jamais rendu,
1204 Salu de vie ne santé,
Se par li ne sunt aporté.
S'ele ma salu ne m'aporte
E par buche ne me conforte,
1208 Ma santé od li dunc remaine,
E jo murrai od ma grant peine;
En fin dites que jo sui morz
Se jo par li n'aie conforz.
1212 Demustrez li ben ma dolur
E le mal dunt ai la langur,
E qu'ele conforter moi venge.
Dites li qu'or li suvenge
1216 Des emveisures, des deduiz
Qu'eümes jadis jors e nuiz,
Des granz peines, des tristurs
E des joies e des dusurs
1220 De nostre amur fine e veraie
Quant ele jadis guari ma plaie,
Del beivre qu'ensemble beümes
En la mer quant suppris en fumes.
1224 El beivre fud la nostre mort,
Nus n'en avrum ja mais confort;
A tel ure duné nus fu
A nostre mort l'avum beü.
1228 De mes dolurs li deit menbrer
Que suffert ai pur li amer :
Perdu en ai tuz mes parenz,
Mun uncle le rei e ses genz;
1232 Vilment ai esté congeiez,
En altres terres eissilliez;
Tant ai suffert peine e travail
Qu'a peine vif e petit vail.
1236 La nostre amur, nostre desir
Ne poet unques hum partir;
Anguise, peine ne dolur
Ne porent partir nostre amur :
1240 Cum il unques plus s'esforcerent
Del partir, mains espleiterent;
Noz cors feseient desevrer,
Mais l'amur ne porent oster.
1244 Menbre li de la covenance
Qu'ele me fist a la desevrance
El gardin, quant de li parti,
Quant de cest anel me saisi :
1248 Dist mei qu'en quele terre qu'alasse,
Altre de li ja mais n'amasse.
Unc puis vers altre n'oi amur,
N'amer ne puis vostre serur,
1252 Ne li ne altre amer porrai
Tant cum la reïne amerai;
Itant aim Ysolt la reïne
Que vostre serur remain mechine.
1256 Sumunez la en sur sa fei
Qu'ele a cest busuin venge a mei :
Ore i perge s'unques m'ama !
Quanque m'ad fait poi me valdra
1260 S'al buisuingn ne me volt aider,
Cuntre cel dolur conseiler,
Que me valdra la sue amor,
Se or me falt en ma dolur ?
1264 Ne sai que l'amisté me valt,
S'a mun grant besuing ore falt.
Poi m'ad valu tut sun confort
S'ele ne m'aït cuntre la mort.
1268 Ne sai que l'amur ait valu,
S'aider ne me volt a salu.
Kaherdin, ne vus sai preier
Avant d'icest que vus requer :
1272 Faites al melz que vus poez,
E Brengvein mult me saluez.
Mustrez li le mal que jo ai :
Se Deu n'en pense, jo murrai;
1276 Ne puz vivre lungement
A la dolur, al mal que sent.
Pensez, cumpaing, del espleiter
E de tost a moi repeirer,
1280 Car se plus tost ne revenez,
Sachez ja mais ne me verrez.
Quarante jurs aiez respit;
E se ço faites que jo ai dit,
1284 Que Ysolt se venge ove vus,
Gardez nuls nel sache fors nus.
Celez l'en vers vostre serur,
Que suspeçiun n'ait de l'amur :
1288 Pur mire la ferez tenir,
Venue est ma plai guarir.
Vus en merrez ma bele nef,
Porterez i duble tref :
1292 L'un est blanc e le altre neir;
Se vus Ysolt poez aver,
Qu'ele venge ma plai garir,
Del blanc siglez al revenir;
1296 E se vus Ysolt n'amenez,
Del neir sigle idunc siglez.
Ne vus sai, amis, plus que dire;
Deus vus conduie, nostre sire,
1300 E sain e salf il vus remaint !"
Dunc suspire e plure e plaint,
E Kaherdin plure ensement,
Baise Tristran e congé prent.
1304 Vait s'en pur sun ere aprester;
Al primer vent se met en mer.
Halent ancres, levent lur tref,
E siglent amunt al vent suef,
1308 Trenchent les wages e les undes,
Les haltes mers e les parfundes.
Meine bele bachelerie,
De seie porte draperie
1312 Danrée d'estranges colurs
E riche veissele de Turs,
Vin de Peito, oisels d'Espaine,
Pur celer e covrer s'ovraingne,
1316 Coment venir pusse a Ysolt,
Cele dunt Tristran tant se dolt.
Trenche la mer ove sa nef,
Vers Engletere a plein tref.
1320 Vint jurz, vint nuz i a curu
Einz qu'il seit en l'isle venu,
Einz qu'il puise la parvenir
U d'Ysolt puise ren oïr.
1324 Ire de femme est a duter,
Mult s'en deit chascuns garder,
Car la u plus amé avra,
Iluc plus tost se vengera.
1328 Cum de leger vent lur amur,
De leger revent lur haür,
E plus dure lur enimisté,
Quant vent, que ne fait l'amisté.
1332 L'amur s(e)vent amesurer,
E la haür nent atemprer,
Itant cum eles sunt en ire;
Mais jo nen os mun ben dire
1336 Car il n'afert rens envers mei.
Ysolt estoit suz la parei,
Les diz Tristran escute e ot,
Ben ad entendu chacun mot :
1340 Aparceüe est de l'amur.
El quer en ad mult grant irrur,
Qu'ele ad Tristran tant amé,
Quant vers altre s'est aturné;
1344 Mais or li est ben descovert
Pur quei la joie de li pert.
Ço qu'ele ad oï ben retent,
Semblant fait que nel sace nent;
1348 Mais tres qu'ele aise en avra,
Trop cruelment se vengera
De la ren del mund qu'aime plus.
Tres que overt furent li us,
1352 Ysolt est en la chambre entree,
Vers Tristan ad s'ire celee,
Sert le e mult li fait bel semblant
Cum amie deit vers amant,
1356 Mult ducement a li parole,
E sovent le baise e acole,
E mustre lui mult grant amur,
E pense mal en cele irrur
1360 Par quel manere vengé ert,
E sovent demande e enquert
Kant Kaherdin deit revenir
Od le mire quil deit guarir;
1364 De bon curage pas nel plaint :
La felunie el cuer li maint
Qu'ele pense faire, s'ele puet
Car ire a ço la comuet.
1368 Kaherdin sigle amunt la mer,
E si ne fine de sigler
De si la qu'il vent a l'altre terre,
U vait pur la reïne querre :
1372 Ço est l'entree de Tamise;
Vait en amunt a marchandise;
En la buche, dehors l'entree,
En un port ad sa nef ancree;
1376 A sun batel en va amunt
Dreit a Lundres, desuz le punt;
Sa marchandise iloc descovre,
Ses dras de seie pleie e ovre.
1380 Lundres est mult riche cité,
Meliur n'ad en cristienté,
Plus vaillante ne melz aisie
Melz guarnie de gent preisie.
1384 Mult aiment largesce e honur,
Cunteinent sei par grant baldur.
Le recovrer est d'Engleterre :
Avant d'iloc ne l'estut querre.
1388 Al pé del mur li curt Tamise;
Par la vent la marchandise
De tutes les teres qui sunt
U marcheant cristïen vunt.
1392 Li hume i sunt de grant engin.
Venuz i est dan Kaherdin
Ove ses dras, a ses oisels,
Dunt il ad de bons e de bels.
1396 En sun pung prent un grant ostur
E un drap d'estrange culur
E une cupe ben ovree :
Entaillee e neelee.
1400 Al rei Markes en fait present
E li dit raisnablement
Qu'od sun aveir vent en sa terre
Pur altre guaignier e conquerre :
1404 Pais li doinst en sa regïun
Que pris n'i seit a achaisun,
Ne damage n'i ait ne hunte
Par chamberlens ne par vescunte.
1408 Li reis li dune ferme pes,
Oiant tuz iceus des pales.
A la reïne vait parler,
De ses avers li volt mustrer.
1412 Un afiçail ovré d'or fin
Li porte en sa main Kaherdin,
Ne qui qu'el secle melliur seit :
Present a la reine em fait.
1416 "Li ors est mult bons, ce dit,
Unques Ysolt melliur ne vit;
L'anel Tristran de sun dei oste,
Juste l'altre le met encoste,
1420 E dit : "Reïne, ore veiez :
Icest or est plus colurez
Que n'est li ors de cest anel;
Nequedent cestu tenc a bel."
1424 Cum la reïne l'anel veit,
De Kaherdin tost s'aperceit;
Li quers li change e la colur
E suspire de grant dolur.
1428 Ele dute a oïr novele,
Kaherdin une part apele,
Demande si l'anel vult vendre
E quel aveir il en vult prendre,
1432 U s'il ad altre marchandise.
Tut iço fait ele par cuintise,
Car ses gardes decevre volt.
Kaherdin est suz a Ysolt :
1436 "Dame, fait il, or entendez
Ço que dirrai, si retenez.
Tristran vus mande cum druz
Amisté, servise e saluz
1440 Cum a dame, cum a s'amie
En qui maint sa mort e sa vie.
Liges hum vus est e amis;
A vus m'ad par busing tramis;
1444 Mande a vus ja n'avrat confort,
Se n'est par vus, a ceste mort,
Salu de vie ne santez,
Dame, si vus ne li portez.
1448 A mort est navré d'un espé
Ki de venim fu entusché.
Nus ne poüm mires trover
Ki sachent sun mal meciner;
1452 Itant s'en sunt ja entremis
Que tuit sun cors en est malmis.
Il languist e vit en dolur
En aguisse e en puür.
1456 Mande vos que ne vivra mie
Se il nen ad la vostre aïe,
E pur ço vus mande par mei,
Si vus sumunt par cele fei
1460 E sur iceles lealtez
Que vus, Ysolt, a li devez,
Pur ren del munde nel lassez
Que vus a lui or ne vengez,
1464 Car unques mais n'en ot mester,
E pur ço nel devez lasser.
Ore vus membre des granz amurs
E des peines e des dolurs
1468 Qu'entre vus dous avez suffert !
Sa vie e sa juvente pert;
Pur vus ad esté eissillez,
Plusurs feiz del rengne chachez;
1472 Le rei Markes en ad perdu :
Pensez dels mals qu'il ad eü !
Del covenant vus deit membrer
Qu'entre vus fud al desevrer
1476 Einz el jardin u le baisastes,
Quant vus cest anel li dunastes :
Pramistes li vostre amisté;
Aiez, dame, de li pité !
1480 Si vus ore nel sucurez,
Ja mais certes nel recovrez;
Senz vus ne puet il pas guarir;
Pur ço vus i covent venir,
1484 Car vivre ne puet altrement.
Iço vus mande lealment,
D'enseingnes cest anel emveie :
Guardez le, il le vus otreie."
1488 Quant Ysolt entent cest message,
Anguice est en sun curage,
E peine e pité e dolur,
Unques uncore n'ot maür.
1492 Or pense forment e suspire
Tristran sun ami desire,
Mais ele ne set coment aler;
Ov Brengvein en vait parler.
1496 Cunte li tute l'aventure
Del venim de la navreüre,
La peine qu'ad e la dolur,
E coment gist en sa langur,
1500 Coment e par qui l'a mandee,
U sa plaie n'ert ja sanee;
Mustré li a tute l'anguisse,
Puis prent conseil que faire puisse.
1504 Or comence le suspirer
E le plaindre e le plurer
E la peine e la pesance
E la dolur e la grevance
1508 Al parlement que eles funt,
Pur la tristur que de lui unt.
Itant unt parlé nequedent
Conseil unt pris al parlement
1512 Qu'eles lur eire aturnerunt
E od Kaherdin s'en irrunt
Pur le mal Tristran conseiller
E a sun grant bosing aider.
1516 Aprestent sei contre le seir,
Pernent ço que vuolent aveir
Tres que li altre dorment tuit,
A celee s'en vunt la nuit
1520 Mult cuintement, par grant eür,
Par une posterne de le mur
Que desur Tamise estoit
Al flot muntant l'eve i veneit.
1524 Li bastels i esteit tut prest,
La reïne entree i est.
Nagent, siglent od le retreit;
Ysnelement al vent s'en vait.
1528 Mult s'esforcent de l'espleiter :
Ne finent unques de nager,
De si la qu'a la grant nef sunt;
Levent les tres e puis s'en vunt.
1532 Tant cum li venz les puet porter
Curent la lungur de la mer,
La terre estrange en costeiant
Par devant le port de Wizant,
1536 Par Buluingne e par Treisporz.
Li venz lur est portanz e forz
E la nef legere kis guie.
Passent par devant Normendie,
1540 Siglent joius e leement,
Kar oré unt a lur talent.
Tristran qui de sa plaie gist,
En sun lit forment languist;
1544 De ren ne puet confort aveir;
Mecine ne li put vailler,
Rien qu'il face ne li aüe.
D'Ysolt desire la venue,
1548 Il ne coveite altre ren,
Senz li ne puet aveir nul ben;
Pur li est ço que il tant vit;
Languist, atent la en sun lit,
1552 En espeir est de sun venir
E que sun mal deive guarir,
E creit qu'il senz li ne vive.
Tut jurs emveie a la rive
1556 Pur veer si la nef revent :
Altre desir al quer nel tent;
E sovent se refait porter,
Sun lit faire juste la mer
1560 Pur atendre e veer la nef
Coment ele sigle e a quel tref.
Vers nule ren n'ad il desir
Fors sulement de sun venir :
1564 En ço est trestut sun pensé,
Sun desir e sa volenté.
Quanqu'ad el mund mis ad a nent
Se la reïne a lui ne vent;
1568 E raporter se fait sovent
Pur la dute qu'il en atent,
Car il se crent qu'ele n'i venge
E que lealté ne li tenge,
1572 E volt melz par altre oïr
Que senz li veie la nef venir.
La nef desire purveer,
Mais le faillir ne vult saveir.
1576 En sun quer en est angussus
E de li veer desirus;
Sovent se plaint a sa muiller,
Mais ne li dit sun desirer
1580 Fors de Kaherdin qui ne vent :
Quant tant demure, mult se crent
Qu'il n'ait espleité sa fesance.
Oiez pituse desturbance,
1584 Aventure mult doleruse
E a trestuz amanz pituse;
De tel desir, de tel amur
N'oïstes unc greniur dolur.
1588 La u Tristran atent Ysolt,
E la dame venir i volt,
E près de la rive est venue,
Eissi que la terre unt veüe;
1592 Balt sunt e siglent leement,
Del sud lur salt dunques un vent,
E fert devant en mi cel tref,
Refrener fait tute la nef.
1596 Curent al lof, le sigle turnent;
Quel talent qu'aient s'en returnent.
Li venz s'esforce e leve l'unde,
La mer se muet qui est parfunde,
1600 Truble li tens, l'air espessist,
Levent wages, la mer nercist,
Pluet e gresille e creist li tenz,
Rumpent bolines e hobens;
1604 Abatent tref e vunt ridant,
Od l'unde e od le vent wacrant.
Lur batel orent en mer mis,
Car près furent de lur païs;
1608 A mal eür l'unt ublié :
Une wage l'ad despescé;
Al meins ore i unt tant perdu,
Li orage sunt tant creü
1612 Qu'eskipre n'i ot tant preisez
Qu'il peüst ester sur ses pez.
Tuit i plurent et tuit se pleinent,
Pur la poür grant dolur maingnent.
1616 Dunc dit Ysolt : "Lasse ! Chaitive !
Deus ne volt pas que jo tant vive
Que jo Tristran mun ami veie;
Neié em mer volt que jo seie.
1620 Tristran, s'a vus parlé eüsse,
Ne me calsist se puis morusse.
Beals amis, quant orét ma mort,
Ben sai puis n'avrez ja confort.
1624 De ma mort avrez tel dolur,
A ce qu'avez si grant langur,
Que ja puis ne purrez guarir.
En mei ne remaint le venir :
1628 Se Deus volsist, jo venisse,
De vostre mal m'entremeïsse,
Car altre dolur n'ai jo mie
Fors de ço que n'avez aïe.
1632 C'est ma dolur e ma grevance,
E al cuer en ai grant pesance
Que vus n'avrez, amis, confort,
Quant jo muer, contre vostre mort.
1636 De la meie mort ne m'est ren :
Quant Deu la volt, jo la voil ben :
Mais tres que vus, amis, l'orrez,
Jo sai ben que vus en murrez.
1640 De tel manere est nostre amur
Ne puis senz vus sentir dolur;
Vus ne poez senz moi murrir,
Ne jo senz vus ne puis perir.
1644 Se jo dei em mer periller,
Dun vus estuet a tere neier :
Neier ne poez pas a tere;
Venu m'estes en la mer querre.
1648 La vostre mort vei devant mei,
E ben sai que tost murrir dei.
Amis, jo fail a mun desir,
Car en voz bras quidai murrir,
1652 En un sarcu enseveiliz,
Mais nus l'avum ore failliz.
Uncore puet il avenir si :
Car, se jo dei neier ici,
1656 E vus, ço crei, devez neier,
Uns peissuns poust nus dous mangier;
Eissi avrum par aventure,
Bels amis, une sepulture,
1660 Tel hum prendre le purra
Ki noz cors i reconuistra,
E fra en puis si grant honur
Cume covent a nostre amur.
1664 Ço que jo di estre ne puet,
- E ! se Deu le vult, si estuet.
- En mer, amis, que querreiez ?
Ne sai que vus i feïssez.
1668 Mais jo i sui, si i murrai !
Senz vus, Tristran, i neerai,
Si m'est, beals dulz, suef confort
Que ne savrez ja ma mort.
1672 Avant d'ici n'ert mais oïe;
Ne sai, amis, qui la vus die.
Apruef mei lungement vivrez
E ma venue atendrez.
1676 Se Deu plaist, vus poez garir :
Ço est la ren que plus desir.
Plus coveit la vostre santé
Que d'ariver n'ai volenté,
1680 Car vers vus ai si fine amur.
Amis, dei jo aveir poür,
Puis ma mort, si vus guarissez,
Qu'en vostre vie m'ubliez,
1684 U d'altre femme aiez confort,
Tristran, apruef la meie mort ?
Amis, d'Ysolt as Blanches Mains
Certes m'en crem e dut al mains.
1688 Ne sai se jo duter en dei,
Mais, se mort fussez devant mei,
Apruef vus curt terme vivreie.
Certes, ne sai que faire deie,
1692 Mais sur tute ren vus desir.
Deus nus doinst ensemble venir
Que jo, amis, guarir vus puisse,
U nus dous murrir d'une anguisse !"
1696 Tant cum dure la turmente,
Ysolt se plaint, si se demente.
Plus de cinc jurs en mer dure
Li orages e la laidure,
1700 Puis chet li venz e bels tens fait.
Le blanc sigle unt amunt trait,
E siglent a mult grant espleit,
Que Kaherdin Bretaine veit.
1704 Dunc sunt joius e lé e balt,
E traient le sigle ben halt,
Que hum se puise aparcever
Quel ço seit, le blanc u le neir :
1708 De lung volt mustrer la colur,
Car ço fud al derein jur
Que Tristran lur aveit mis
Quant il turnerent del païs.
1712 A ço qu'il siglent leement,
Lievet li chalz e chet li vent
Eissi qu'il ne poent sigler.
Mult suef e pleine est la mer.
1716 Ne ça ne la lur nef ne vait
Fors itant cum l'unde la trait,
Ne lur batel n'unt il mie :
Or i est grant l'anguserie.
1720 Devant eus près veient la terre,
N'unt vent dunt la puisent requerre.
Amunt, aval vunt dunc wacrant
Ore arere e puis avant.
1724 Ne poent lur eire avancer,
Mult lur avent grant encumbrer.
Ysolt en est mult ennuiee :
La terre veit qu'ad coveitee,
1728 E si n'i pot mie avenir;
A poi ne muert de sun desir.
Terre desirent en la nef,
Mais il lur vente trop suef.
1732 Sovent se claime Ysolt chative.
La nef desirent a la rive :
Uncore ne la virent pas.
Tristrans en est dolenz e las,
1736 Sovent se plaint, sovent suspire
Pur Ysolt que tant desire,
Plure des oils, sun cors detuert,
A poi que del desir ne muert.
1740 En cel anguisse, en cel ennui
Vent sa femme Ysolt devant lui.
Purpensee de grant engin,
Dit : "Amis, or vent Kaherdin.
1744 Sa nef ai veüe en la mer,
A grant peine l'ai veu sigler;
Nequedent jo l'ai si veüe
Que pur la sue l'ai coneüe.
1748 Deus duinst que tel novele aport
Dunt vus al quer aiez confort !"
Tristran tresalt de la novele,
Dit a Ysolt : "Amie bele,
1752 Savez pur veir que c'est sa nef ?
Or me dites quel est le tref."
Ço dit Ysolt : "Jol sai pur veir.
Sachez que le sigle est tut neir.
1756 Trait l'unt amunt e levé halt
Pur ço que li venz lur falt."
Dunt a Tristran si grant dolur
Unques n'out, ne avrad maür,
1760 E turne sei vers la parei,
Dunc dit : "Deus salt Ysolt e mei !
Quant a moi ne volez venir,
Pur vostre amur m'estuet murrir.
1764 Jo ne puis plus tenir ma vie;
Pur vus muer, Ysolt, bele amie.
N'avez pité de ma langur,
Mais de ma mort avrez dolur.
1768 Ço m'est, amie, grant confort
Que pité avrez de ma mort."
"Amie Ysolt" treis feiz dit,
A la quarte rent l'espirit.
1772 Idunc plurent par la maisun
Li chevaler, li compaingnun.
Li criz est halt, la pleinte grant.
Saillient chevaler e serjant
1776 E portent li hors de sun lit,
Puis le cuchent sur un samit,
Covrent le d'un palie roié.
Li venz est en la mer levé
1780 E fert sei en mi liu del tref,
A terre fait venir la nef.
Ysolt est de la nef issue,
Ot les granz plaintes en la rue,
1784 Les seinz as musters, as chapeles;
Demande as humes quels noveles,
Pur quei il funt tel soneïz,
E de quei seit li plureïz.
1788 Uns ancïens dunc li dit :
"Bele dame, si Deu m'aït,
Nus avum issi grant dolur
Que unques genz n'orent maür.
1792 Tristran, li pruz, li francs, est mort :
A tut ceus del rengne ert confort.
Larges estoit as bosungnus,
E grant aïe as dolerus.
1796 D'une plaie que sun cors ut
En sun lit ore endreit murut.
Unques si grant chaitivesun
N'avint a ceste regiun."
1800 Tresque Ysolt la novele ot,
De dolur ne puet suner un mot.
De sa mort ert si adolee
La rue vait desafublee
1804 Devant les altres el palès.
Bretun ne virent unques mes
Femme de la sue bealté :
Mervellent sei par la cité
1808 Dunt ele vent, ki ele seit.
Ysolt vait la ou le cors veit,
Si se turne vers orïent,
Pur lui prie pitusement :
1812 "Amis, Tristran, quant mort vus vei,
Par raisun vivre puis ne dei.
Mort estes pur la meie amur,
E jo muer, amis, de tendrur,
1816 Quant a tens ne poi venir


Manuscrit Sneyd 2 (Oxford, Bodleian Library d 16, f 17a et b


Pur vos et vostre mal guarir
Amis, amis, pur vostre mort
N'avrai jamais de rien confort,
4 Joie, ne hait, ne nul deduit.
Icil orages seit destruit
Que tant me fist, amis, en mer,
Que n'i poi venir, demurer !
8 Se jo fuisse a tens venue,
Vie vos oüse, amis, rendue,
E parlé dulcement a vos
De l'amur qu'ad esté entre nos;
12 Plainte oüse la mei aventure,
Nostre joie, nostre emveisure,
La paine e la grant dolur
Qu'ad esté en nostre amur,
16 E oüse iço recordé
E vos baisié e acolé.
Se jo ne poisse vos guarir,
Qu'ensemble poissum dunc murrir !
20 Quant a tens venir n'i poi
E jo l'aventure n'oi,
E venue sui a la mort,
De meisme le beivre avrai confort.
24 Pur mei avez perdu la vie,
E jo frai cum veraie amie :
Pur vus voil murir ensement."
Embrace le, si se estent,
28 Baise la buche e la face
E molt estreit a li l'enbrace,
Cors a cors, buche a buche estent,
Sun espirit a itant rent,
32 E murt dejuste lui issi
Pur la dolur de sun ami.
Tristrans murut pur sun desir,
Ysolt, qu'a tens n'i pout venir.
36 Tristrans murut pur sue amur,
E la bele Ysolt par tendrur.
Tumas fine ci sun escrit :
A tuz amanz saluz i dit,
40 As pensis e as amerus,
As emvius, as desirus,
As enveisiez e as purvers,
(A tuz cels) ki orunt ces vers.
44 (S)i dit n'ai a tuz lor voleir,
(Le) milz ai dit a mun poeir,
(E dit ai) tute la verur,
(Si cum) jo pramis al primur.
48 E diz e vers i ai retrait :
Pur essample issi ai fait
Pur l'estorie embelir,
Que as amanz deive plaisir,
52 E que par lieus poissent troveir
Choses u se puissent recorder :
Aveir em poissent grant confort,
Encuntre change, encontre tort,
56 Encuntre paine, encuntre dolur,
Encuntre tuiz engins d'amur !











------------------------- FIN DU FICHIER thotri1 --------------------------------